Skip to content

Le Coran… le miracle de Mohamed à l’humanité

miracle-coran

Le miracle du Coran

Beaucoup de chercheurs croient que la mission de Mohamed de transmettre le message de Dieu et d’amener les gens au monothéisme était plus difficile que la mission de nombreux messagers et prophètes avant lui. Le miracle principal qu’il a apporté était le Quran, qui était un livre récité dans l’arabe original.

Malgré la résistance qu’il a reçu de son propre peuple qui parle l’arabe, il a transmis l’islam (le message divin) aux nations et aux communautés de différentes langues, cultures et religions en dehors de la péninsule arabique.

« Ne méditent-ils donc jamais le Coran ? S’il émanait d’un autre que Dieu, n‘y trouveraient-ils pas de multiples contradictions ? « . Le Coran, S4-V82

Pourquoi le Saint Coran est-il considéré comme un miracle éternel ?

L’auteur du Saint Coran n’est pas un être humain. Les musulmans considèrent que le Saint Coran est le recueil des paroles de Dieu et Son Message éternel à l’humanité tout entière. Ils croient que c’est le seul livre qui ne contient que les paroles de Dieu, mot à mot, sans aucune modification de la part de Son Messager et des mortels. Le verset 88 du chapitre 17 déclare :

Dis-leur :  »Si les hommes et les djinns se concertaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient y parvenir, même s’ils se prêtaient mutuellement assistance. »

La préservation miraculeuse du texte coranique

Le Saint Coran qu’on lit aujourd’hui est identique à celui révélé au Prophète Mohamed il y a plus de quatorze siècles. Au début, il est mémorisé par les musulmans les plus pieux (un mot après l’autre, une lettre après l’autre).

Puis, juste après le décès de Mohamed, le Saint Coran est compilé dans sa totalité en un ouvrage lorsqu’Abu Bakr As-Siddiq devient le premier calife de l’islam. Plusieurs copies authentiques de l’ouvrage original sont envoyées dans chacune des provinces de l’état islamique lorsque Othman Ibn Affan devient le troisième calife, 13 ans après le décès du Prophète Mohamed (Bénédiction et salut soient sur lui).

Le concept de récurrence (« tawaatur » en arabe) confirme l’authenticité absolue du Coran. Selon ce principe, le même texte est raconté par différents groupes de gens et transmit de génération en génération, sans contradiction, divergence ou discontinuité.

Le caractère distinctif du Coran

Il convient de remarquer que les paroles et enseignements de Mohamed n’ont pas été mélangés avec le Saint Coran (qui ne contient que les paroles de Dieu, sans aucun commentaire ni aucune modification émanant d’un humain, d’un ange ou d’un djinn).

Les paroles et enseignements de Mohamed sont rassemblés dans des ouvrages dont la totalité représente la « Sunna » ou les « Hadiths » du Prophète Mohamed. Ils comprennent ses enseignements, sa manière de vivre et son explication du Livre (le Saint Coran).

Entre livres de « Hadiths » et les autres livres sacrés

hadithsLa plupart des livres sacrés d’autres religions ont été écrits par des humains utilisant leurs propres mots et expressions. Puisque les livres de « Hadiths » sont écrits par des savants musulmans et contiennent les propres paroles et enseignements de Mohamed, beaucoup de chercheurs dans ce domaine les apparentent aux autres livres sacrés.

Par exemple, la Bible est écrite par 40 auteurs différents, pendant un laps de temps de 1400 à 1800 années. C’est une compilation de 66 livres séparés, divisés en deux parties principales : l’Ancien Testament (qui comporte 39 livres) et le Nouveau Testament (qui comporte 27 livres)1.

Le style linguistique du Saint Coran indique que Dieu s’adresse à l’humanité. Le pronom « Nous » est fréquemment utilisé comme forme plurielle de majesté. Le mot « Dis » (indiquant à Mohamed qu’il doit réciter le Coran tel quel) indique qu’il s’agit des propres paroles de Dieu, et non celles de Mohamed.

La préservation miraculeuse du style de récitation du Coran

Lorsque le Saint Coran est lu ou récité, le terme « tajweed » est fréquemment mentionné ou souligné pour décrire la connaissance ayant trait aux règles qui subordonnent la lecture du Saint Coran. Les musulmans croient que, en plus du texte coranique, qui est miraculeusement préservé, les styles de récitation utilisés par Mohamed et ses compagnons le sont, également.

Les styles de récitation du Saint Coran sont documentés suivant le nom des narrateurs et celui de ceux qui récitent, en commençant par ceux qui l’ont entendu directement de Mohamed (ces chaines de transmission se font au travers des générations, dans la totalité du monde islamique, jusqu’à aujourd’hui). Le « tajweed » est donc un domaine du savoir tout à fait unique et qui n’existe pas dans d’autres religions. Il est le reflet de la méticulosité avec laquelle les compagnons du Mohamed voulaient préserver sa manière de réciter le Saint Coran (les paroles de Dieu), mot à mot.

La langue riche du Coran

Le Coran a été révélé en arabe original. Les chercheurs musulmans croient que la langue arabe est supérieure à beaucoup d’autres langues, car elle est bien soutenue par un énorme nombre de mots et une forte grammaire arabe.

La langue arabe a 28 lettres, certaines d’entre elles n’existent pas dans d’autres langues telles que le « Dhad » qui est le lourd « D » et le « Tau » qui est un lourd « T ».

Le nombre de mots dérivés de chaque racine peut dépasser la centaine, et il y a donc plus de 6 millions de mots dans la langue arabe, ce qui est bien plus que la plupart des langues connues dans ce monde.

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email