Skip to content

Maurice Bucaille « Une grande compatibilité entre le Coran et la science moderne »

Maurice-Bucaille-3

Maurice Bucaille (1920-1998)

Médecin gastro-entérologue français, membre de la Société Française d’Égyptologie, auteur de La Bible, le Coran et la Science.

«Dieu nous a donné la raison pour réfléchir systématiquement et objectivement. L’analyse objective de certains versets du Coran, à la lumière de découvertes scientifiques modernes, démontre une grande comptabilité entre le Coran et la science moderne. Le fait que ces données scientifiques modernes étaient inconnues à l’époque de Mohamed prouve qu’il est inconcevable que le Coran ait été écrit par un être humain.»

Le Dr Maurice Bucaille est chirurgien docteur de profession. Il est également un érudit renommé. Afin de pouvoir lire le Coran dans son texte original et d’en étudier le sens et la portée par un accès direct à ses commentaires anciens et modernes, il s’est consacré à l’apprentissage de la langue arabe à l’âge de cinquante ans.

Biographie de Maurice Bucaille

Maurice Bucaille était chef de la clinique chirurgicale de l’Université de Paris. Bien qu’il soit associé à deux éponymes médicaux, il est aujourd’hui un grand penseur pour son intérêt pour la religion, notamment l’Islam et le Coran.

En 1976, après dix ans d’études, Bucaille s’est adressé à l’Académie française de médecine sur la science et le Coran, concernant l’existence dans le Coran de certaines déclarations sur la physiologie et la reproduction. Selon Bucaille, le Coran décrit des phénomènes scientifiques bien avant que les scientifiques modernes ne les redécouvrent. Ses opinions sur ces questions sont très controversées et souvent qualifiées de «bucaillisme».

En 1976 également, il a publié La Bible, le Coran et la science, dans lequel il analyse les Écritures à la lumière des connaissances scientifiques modernes. Ce livre a connu un énorme succès et a été traduit dans les langues parlées dans le monde musulman.

L’histoire de sa conversion

La France est connue pour son intérêt unique pour l’archéologie et le patrimoine. Lorsque le président socialiste français François Mitterrand a pris le pouvoir en 1981, la France a demandé à l’Égypte, à la fin des années 80, la momie du pharaon d’Égypte afin de pouvoir mener une série d’expériences monumentales et de transformation. En fait, le corps du tyran le plus célèbre d’Égypte a été transféré en France et, étrangement, le président français et ses ministres ainsi que de hauts fonctionnaires du pays se sont alignés près de l’avion transportant le corps du pharaon et se sont prosternés devant lui comme s’il était encore vivant ! Une fois les cérémonies de l’accueil royal du pharaon d’Égypte terminées, la momie du tyran a été transportée presque de la même manière qu’il avait reçu le tapis rouge. Puis la momie a été transférée dans une aile spéciale du Centre des monuments français, et des archéologues, chirurgiens et anatomistes de renom ont commencé à mener une étude sur cette momie pour tenter de percer ses mystères. Le chirurgien principal et le scientifique chargé de l’étude de cette momie du pharaon était le professeur Maurice Bucaille.

pharaon

Alors que les transformateurs sont occupés à restaurer la momie, leur chef (Maurice Bucaille) pense autrement. Il tentait de découvrir comment ce pharaon était mort lorsque, tard dans la nuit, il conclut ses dernières analyses. Les restes de sel collés dans son corps étaient une preuve éclatante qu’il s’était noyé et que son corps avait été récupéré dans la mer rapidement après sa noyade ; il était également évident qu’ils s’étaient empressés de momifier son corps pour qu’il reste intact ! Mais une question taraudait Maurice Bucaille : Comment ce corps – à l’exclusion d’autres corps momifiés d’autres anciens Égyptiens – est-il resté aussi intact bien qu’il ait été repêché dans la mer ? ».

Le début d’un dilemme

Maurice était occupé à rédiger un rapport final tout en se demandant si le corps du pharaon avait été repêché dans la mer et momifié immédiatement après sa noyade. Mais un membre de sa compagnie lui chuchota à l’oreille :

« Il n’est pas nécessaire de se précipiter sur cette question, puisque les musulmans disent que ce pharaon s’est bel et bien noyé. »

Dans un premier temps, il a rejeté avec véhémence cette affirmation et n’y a pas cru, invoquant le fait qu’une telle découverte ne serait atteinte que par des ordinateurs sophistiqués, modernes et précis. Un autre accompagnateur l’a encore plus surpris lorsqu’il lui a dit que le Coran des musulmans, dans lequel ils croient, raconte l’histoire selon laquelle il s’est noyé et que son corps est resté intact même après sa noyade. Il a été encore plus surpris et a continué à demander :

« Où le Coran des musulmans a-t-il cité ces données alors que la momie n’a été découverte qu’en 1898, c’est-à-dire il y a environ 200 ans seulement, étant donné que le Coran est récité par les musulmans depuis plus de 1400 ans, et étant donné également que jusqu’à il y a quelques décennies, l’humanité entière, y compris les musulmans, ne savait pas que les anciens Égyptiens avaient momifié leurs pharaons ? »

Dans la poursuite de la vérité

Maurice Bucaille est resté debout toute cette nuit à contempler le corps de Pharaon, en pensant profondément à ce que son collègue chercheur lui a raconté sur le fait que le Coran des musulmans établit explicitement que ce corps a été repêché après une noyade, alors que l’Évangile des chrétiens (Matthieu et Luc) n’a raconté que l’histoire de Pharaon lorsqu’il poursuivait le prophète Moussa (sur lui la paix) sans mentionner du tout le sort de son corps.

« Est-il croyable que Muhammad (sur lui la paix) connaissait cela il y a plus de 1400 ans alors que je viens seulement de le savoir ? » pensa-t-il.

Maurice a passé une nuit blanche, et a demandé une version de la Torah. Mais cela ne fait qu’accentuer l’étonnement de Bucaille, car même la Torah ne raconte pas que le corps a été retrouvé et est resté intact grâce au traitement et à la restauration qu’il a subis.

Sa conversion

La France renvoie la momie en Egypte dans un splendide cercueil de verre. Mais, comme il était au courant de l’histoire circulant chez les musulmans sur l’intégrité de ce corps, il décida de faire ses bagages et de se rendre en Arabie Saoudite où se tenait par hasard une conférence médicale à laquelle participait une galaxie d’anatomistes musulmans.

Là, il leur fit part de sa découverte, à savoir que le corps de Pharaon était resté intact même après sa noyade. L’un des participants ouvrit le Coran et lut l’Ayah dans laquelle Allah Tout-Puissant dit :

« Aujourd’hui, Nous te délivrons avec ton corps afin que tu sois un signe pour ceux qui te succéderont. » (Yunus : 92)

Dans son excitation, il se présenta devant les assistants et déclara à haute voix :

« Je me suis converti à l’islam et j’ai cru en ce Coran. »

De retour en France, Maurice Bucaille a passé 10 ans à mener une étude pour déterminer dans quelle mesure les faits scientifiques récents correspondent à ceux mentionnés dans le Coran, en essayant de se rassurer sur le fait que le Coran n’a jamais été controversé avec aucun fait scientifique, de sorte qu’il a fini par arriver à la conclusion qu’Allah Tout-Puissant a dit du Coran :

« La contrevérité ne vient pas devant lui (littéralement : entre ses deux mains) ni derrière lui ; c’est un envoi successif descendant de la part de (Celui) qui est toujours sage, toujours digne d’éloges ».

Partager ses découvertes

Il a publié un livre bouleversant sur le Saint Coran qui a secoué tous les États occidentaux. Le titre du livre était : « La Bible, le Coran et la science, les Saintes Écritures examinées à la lumière de la connaissance moderne. »

la bible, le coran et la science

Le livre s’est vendu et a même été traduit par centaines de milliers du français à l’arabe, l’anglais, l’indonésien, le persan, le turc et l’allemand, s’étendant à presque toutes les librairies de l’Est et de l’Ouest ; on en est venu à le voir chez n’importe quel Égyptien, Marocain ou habitant du Golfe aux États-Unis.

Dans la préface de son livre, Maurice Bucaille dit :

« Ces domaines scientifiques que le Coran a établis à l’exclusion des autres Écritures m’ont rempli de bonne heure d’une profonde surprise, car il ne m’était jamais venu à l’esprit de voir une si grande quantité de questions scientifiques d’une manière si variable et si exacte qu’elles soient le reflet de ce qui a été récemment découvert dans un livre qui existe depuis plus de 13 siècles ! »

La Bible, le Coran et la Science, Les Saintes Écritures examinées à la lumière des connaissances modernes était un ouvrage si merveilleux que l’Académie française lui a décerné son prix d’histoire en 1988.

Meilleures citations de Maurice Bucaille sur le Coran et l’islam

« Comment s’en étonner quand on sait que, pour l’Islam, la religion et la science ont toujours été considérées comme des sœurs jumelles ? Dès le début, l’Islam a ordonné aux gens de cultiver la science ; l’application de ce précepte a entraîné les prodigieux progrès de la science réalisés pendant la grande époque de la civilisation islamique, dont, avant la Renaissance, l’Occident lui-même a bénéficié. »

« Rien ne contraint l’homme à accepter la vérité. Mais c’est certainement une honte pour l’intellect humain lorsque l’homme n’est même pas intéressé à découvrir ce qu’est la vérité ! L’Islam enseigne que Dieu a donné à l’homme la faculté de raisonner et attend donc de l’homme qu’il raisonne objectivement et systématiquement par lui-même. Qu’il réfléchisse, qu’il s’interroge et qu’il réfléchisse. »

« Le Coran s’inscrit dans la continuité des deux Révélations qui l’ont précédé et non seulement il est exempt de contradictions dans ses récits, signe des diverses manipulations humaines que l’on trouve dans les Évangiles, mais il offre une qualité propre à ceux qui l’examinent objectivement et à la lumière de la science, à savoir son accord complet avec les données scientifiques modernes. »

« Un examen totalement objectif de celui-ci [le Coran] à la lumière des connaissances modernes, nous amène à reconnaître l’accord entre les deux, comme cela a déjà été constaté à plusieurs reprises. Il nous fait considérer comme tout à fait impensable qu’un homme de l’époque de Mahomet ait pu être l’auteur de telles déclarations, en raison de l’état des connaissances de son époque. De telles considérations font partie de ce qui donne à la Révélation coranique sa place unique, et oblige le scientifique impartial à admettre son incapacité à fournir une explication faisant uniquement appel au raisonnement matérialiste. »

« Ce n’est qu’après avoir appris l’arabe et lu le Coran dans sa version originale que j’ai compris le sens précis de certains versets. Ce n’est qu’alors que j’ai fait des découvertes stupéfiantes. Avec mes idées de base sur le Coran – qui étaient au départ inexactes, tout comme celles de la plupart des Occidentaux – je ne m’attendais certainement pas à trouver dans le texte les affirmations que j’ai en fait mises au jour. À chaque nouvelle découverte, j’étais assailli par le doute, craignant de me tromper dans ma traduction ou d’avoir fourni une interprétation plutôt qu’un rendu fidèle du texte arabe. »

« À côté de l’aspect religieux principal de ces réflexions sur l’homme, nous trouvons dans le Coran des déclarations sur l’homme qui se réfèrent à des faits strictement matériels. Elles sont assez étonnantes lorsqu’on les aborde pour la première fois. Par exemple, le Coran décrit les origines de la vie en général et consacre beaucoup d’espace à la transformation morphologique subie par l’homme, soulignant à plusieurs reprises le fait que Dieu l’a façonné comme il l’a voulu. De même, nous découvrons des déclarations sur la reproduction humaine exprimées en des termes précis qui se prêtent à une comparaison avec les connaissances séculaires que nous possédons aujourd’hui sur le sujet. »

Ses meilleurs ouvrages

Juste après sa conversion, Bucaille a écrit son célèbre livre « QURAN, BIBLE ET SCIENCE » en 1976, qui a provoqué un tollé dans les hauts cercles universitaires – en particulier dans le monde chrétien.
Après une étude plus approfondie de l’Islam et du Coran, il a écrit un autre livre intitulé « L’ORIGINE DE L’HOMME ». Il s’agissait d’explications coraniques de certaines des questions soulevées bien avant la période où ces questions ont été résolues de manière logique et satisfaisante par l’expérimentation scientifique, pour être pleinement conformes aux explications fournies par le Coran environ 1400 ans auparavant.
l'origine de l'hommeL’Église a reconnu et accepté les recherches du Dr Bucaille comme une contribution précieuse à la connaissance humaine et l’auteur est devenu célèbre dans le monde entier, notamment dans les universités de Cambridge et d’Oxford au Royaume-Uni et de Yale et Harvard aux États-Unis.
Bucaille est d’avis que ses conclusions à cet égard sont une cause de consternation et de chagrin pour les érudits occidentaux en raison de leur exposition antérieure à une propagande fausse et fictive contre l’Islam et son Prophète (S.A.W.), par le clergé chrétien et par des auteurs et des écrivains occidentaux partiaux. Cette classe de personnes mal informées ne pouvait pas croire que le Coran était la seule Écriture qui était restée sacro-sainte et libre de tout ajout, altération et interpolation et que, par conséquent, il conservait la pureté nécessaire pour guider l’humanité à toutes les époques, dans tous les lieux et dans toutes les crises imaginables.
Pendant plus de 1400 ans, elle a été le seul trésor de connaissances ecclésiastiques et cosmiques sur l’univers et la vie elle-même.

Bibliographie complète

  • La Bible, le Coran et la science. 1976. 1ere édition.
  • Traduction anglaise par Alastair D. Pannell et l’auteur
  • La Bible, le Coran et la science. Société de l’appel islamique, Tripoli, 1976.
  • Quelle est l’origine de l’homme. Seghers, 1988.
  • Réflexions sur le Coran par Mohamed Talbi et Maurice Bucaille, Seghers, 1989.
  • Les momies des pharaons – Investigations médicales modernes. St. Martins Press, 1990. Ce manuel a obtenu un prix d’histoire de l’Académie française et un autre prix de l’Académie nationale de médecine.
  • Moïse et Pharaon, les Hébreux en Egypte. NTT Mediascope Inc, 1994.

Questions et réponses avec Maurice Bucaille

Q : Grâce à ces discours, débats et discussions scientifiques, même les Écritures sont soumises à des tests scientifiques qui exposent leurs erreurs et mettent en évidence leurs faiblesses. A ce titre, pouvons-nous vous demander si vous avez rencontré de telles anomalies dans le Coran, c’est-à-dire des cas où ses exposés et explications sont en contradiction avec les découvertes scientifiques ?

R : Les Écritures des non-musulmans ont été copiées et transmises de génération en génération et par le biais de différentes personnalités. Le plus ancien document de cette nature est « Jéhovah », qui a été écrit au cours du 9e siècle après J.-C. Ce livre, bien que peu volumineux, reste le document le plus complet de son genre. Le deuxième livre (Sacrodotal), bien qu’il soit généralement considéré comme la préface de la Bible, est apparu en 600 avant J.-C. Il traite de la création de l’univers et de l’apparition de l’homme sur terre, ainsi que des récits relatant les événements qui ont suivi. La Bible vient par la suite, mais les livres du « Nouveau Testament » ne jettent pas beaucoup de lumière sur le problème de l’Homme. Ils reprennent les affirmations de l’Ancien Testament telles qu’elles ont été adoptées par saint Luc. Le Coran est apparu six cents ans après Jésus et a fourni des informations précieuses sur l’homme et sa création, qui étaient (et sont toujours) totalement absentes de l’Ancien et du Nouveau Testament et des autres Écritures. Le plus important dans ce contexte est que, contrairement à l’Ancien et au Nouveau Testament de la Bible, le Coran est totalement exempt d’erreurs et d’interpolations.

Q : À votre avis, quelles sont les principales causes de l’abondance d’erreurs dans les autres Écritures ?

R : Les compilateurs des Saintes Écritures, dans leur vanité, ont présumé les avoir compilées sur la base de révélations célestes. Mais tous leurs efforts n’étaient que les échos de leur époque qui résonnaient des pensées prévalant dans cet environnement particulier. Ils ont présenté la conception de l’homme et le phénomène de sa création comme s’ils avaient été énoncés par Dieu lui-même, alors qu’ils ne faisaient que refléter les traditions, les rites et les perceptions bien connus et répandus à cette époque. Ce fait est unanimement admis par tous les exégètes de la Bible, qu’ils soient catholiques romains ou protestants.

Q : L’Église admet-elle également ce fait et souscrit-elle à cette opinion ?

R : Oui, Monsieur. L’Église a accepté cette vérité qui a été incorporée dans les actes de la deuxième conférence du Vatican, qui s’est tenue pour déclarer la « nature révolutionnaire de l’Ancien et du Nouveau Testament ». Elle a admis que certaines parties de ces Bibles sont défectueuses et contradictoires.

Q : Avez-vous embrassé l’islam ?

R : Je tiens à préciser dès le départ qu’avant même d’apprendre la première lettre de Bismillah, j’étais convaincu que Dieu était unique et tout-puissant et que lorsque Dieu m’a guidé pour entreprendre l’étude du Coran, mon âme intérieure a crié que le Coran était la Parole de Dieu révélée à son Dernier Prophète Mohammed (S.A.W.).

Dans mon livre « Coran, Bible et Science », j’ai mentionné ces faits et le livre a rencontré un succès immédiat dans tout le monde chrétien. Dans ce livre, je me suis consacré à discuter de tous les problèmes sous un angle purement académique, plutôt que sous celui de la foi ou de la croyance qui aurait révélé uniquement mes convictions personnelles. C’est parce que je souhaitais être traité par le monde comme un académicien plutôt que comme un théologien. En ce qui concerne ma foi et ma croyance, Dieu sait ce qu’il y a dans le cœur de chacun. Je suis convaincu que si je m’identifie à une croyance quelconque, les gens me considèrent invariablement comme appartenant à tel ou tel groupe et auront l’impression que tout ce que je dis ou fais, je le fais uniquement sous l’angle de tel ou tel groupe de croyants. Je connais très bien mes semblables et ne comprends que trop bien leur mentalité. Je voulais leur assurer que toutes mes prises de position sont basées sur des connaissances scientifiques et non sur des dogmes religieux.

L’humanité n’a pas encore progressé et n’est pas encore parvenue à un stade où elle peut être pleinement au courant de toutes les perles et de tous les joyaux de sagesse et de vérité, recueillis en son sein par ce miracle d’alphabétisation, d’excellence et de pureté académique, le sacré Coran n’a pas pu être égalé, même dans une petite phrase, par les géants littéraires d’antan, malgré un défi ouvert à cet effet. Et Maurice a pris conscience de ces réalités.

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email