Skip to content

Tolstoï et le prophète de l’islam

Leon-Tolstoi-2

Léon Tolstoï, « Le prophète Mohamed est un des plus grands réformateurs de l’histoire »

Je fais partie de ceux qui sont très impressionnés par le prophète Mohamed, qui a été choisi par le Dieu unique pour que son dernier message soit révélé par son âme, son cœur et son esprit. Il l’a choisi pour être le dernier prophète ; par conséquent, aucun autre prophète ne viendrait après lui. Sa reconnaissance des prophètes qui avaient été envoyés par Dieu avant lui pour produire la construction sociale globale pour laquelle Mohamed avait été envoyé pour l’achever, est une preuve indubitable qu’il est venu avec l’Islam pour conclure la construction sociale pour l’humanité entière partout dans le monde.

Lev Nikolaïevitch Tolstoï (russe : Лев Никола́евич Толсто́й,prononcé [lʲev nʲɪkɐˈlaɪvʲɪtɕ tɐlˈstoj] ; connu dans l’anglosphère sous le nom de Leo Tolstoy ; était un écrivain russe qui a principalement écrit des romans et des nouvelles. Plus tard dans sa vie, en plus de la littérature, il a également écrit des pièces de théâtre et des essais. Tolstoï est par ailleurs connu pour son personnage compliqué et paradoxal et pour ses vues moralisatrices et austère, qu’il a adoptées après une crise morale et un réveil spirituel dans les années 1870, après quoi il s’est également adopté un nouveau statut en tant que penseur moral et réformateur social.

441px ilya efimovich repin (1844 1930) portrait of leo tolstoy (1887)
Portrait de Léon Tolstoï, 1887

Confessions : Le voyage de Tolstoï du doute vers la foi

« Qui suis-je ? Quel est le but de ma vie ?

Et le plus important : Où est Dieu ? Qui est Dieu ?

Comment puis-je vivre avec l’existence de Dieu ?

Qu’est-ce que l’existence ? Et pourquoi j’existe ? »

Telles sont les questions qui ont balayé le personnage de Konstantin Levin et l’ont jeté dans le feu du doute et de l’angoisse avant qu’il ne se convertisse à la foi après un long parcours de recherche, ce personnage dont Léon Tolstoï disait dans son livre  » Confessions  » publié en 1879 ; c’est-à-dire deux ans seulement après la publication du roman  » Anna Karénine », qu’il n’était que le miroir de sa personnalité !

Ainsi, Tolstoï a incarné son voyage du doute à la foi à travers le personnage de Levin. Qui est un diminutif du prénom de Tolstoï « Léon » – et cette confession est venue du fait qu’il voulait que Levin soit l’incarnation de ses opinions personnelles et de ses convictions intellectuelles pour lever une grande partie de la confusion que les critiques ont soulevée sur la relation entre Levin et la personne qui a écrit le roman.

Selon Tolstoï, les gens ont différentes façons de répondre aux questions existentielles, qui  peuvent être analysés selon trois facteurs  :

L’ignorance d’abord : c’est le cas de la plupart des gens engloutis par la vie quotidienne qui les distrait de ces questions pour un temps, comme le cas de Karenen, le mari d’Anna, un commis bureaucratique qui ne semble pas avoir de quoi s’inquiéter ou se préoccuper l’esprit.

Le second est « la sensualité et le culte des passions débridées » qui concerne les fils des classes aisées, notamment de l’aristocratie, et c’est ce que l’on retrouve chez Vronsky, et son frère Oblonsky.

Quant au troisième facteur, il concerne la façon d’affronter la vie avec force et détermination. Lorsque le chercheur finit par être certain qu’il n’y a rien de bon dans cette vie, il prend la décision d’y mettre fin de son plein gré.

« Une corde autour du cou ou une noyade dans l’eau ou un train qui lui barre la route, voulant être soulagé de leur misère ». C’est ce qu’Anna Karénine a choisi pour elle-même et que Tolstoï n’a pas eu la folie de faire, comme il l’a déclaré dans ses confessions.

Enfin, le dernier facteur, consiste à s’abandonner devant la vie malgré son aspect tragique et son énormité et d’avoir la foi face à ses vicissitudes et à ses aléas. Et accepter ainsi de vivre dans les petits détails qui entourent l’être humain, comme la famille, la ferme et les amis, ce que Tolstoï a fini par faire, et ce que Levin fera aussi après un long voyage de recherche.

Après un long voyage ; Tolstoï finit par dire :

« Peu importe le nombre de réponses que la foi donne à un humain, chacune donne un sens illimité à la vie limitée de cet humain, un sens qui ne peut pas périr ou disparaître, quel que soit le nombre d’armées de solitude, de douleur et de mort. »

C’est donc avec la foi que nous pouvons trouver le sens et la possibilité de la vie. Je me suis rendu compte que le sens essentiel de la foi ne réside pas seulement dans les « manifestations de choses invisibles », etc., ou dans la révélation (ceci n’est qu’une description d’un des signes de la foi) ; ce n’est pas non plus simplement le rapport de l’homme à Dieu (il faut définir la foi, puis Dieu, et non Dieu par la foi) ; ce n’est pas non plus un accord avec ce qui a été dit, bien que ce soit ce que l’on entend généralement par la foi. La foi est une connaissance du sens de la vie humaine, dont la conséquence est que l’homme ne se tue pas, mais vit. La foi est la force de la vie et sans foi, il est impossible de vivre.

Ses premières opinions sur la religion et l’islam

Son interprétation littérale des enseignements éthiques de Jésus, centrés sur le Sermon sur la Montagne, l’a amené à devenir plus tard un anarchiste et un anarcho-pacifiste chrétien fervent. Ses idées sur la résistance non violente, exprimées dans des ouvrages tels que: The Kingdom of God Is Within You (Le Royaume de Dieu est en vous), allaient avoir un impact critique sur des personnages clés du XXe siècle tels que Mohandas Gandhi et Martin Luther King, Jr.

tolstoy gandhi
Tolstoï et Gandhi

Léon Nikolaïevitch Tolstoï était un romancier et un philosophe qui, parmi beaucoup d’autres écrivains russes ou d’autres nationalités, a cherché à aller au-delà des affirmations fallacieuses des missionnaires au sujet du prophète Mohamed. Tolstoï a étudié en profondeur la vie de ce grand homme et a pu apprécier l’ampleur de la transformation que l’Arabie a subie pendant sa mission prophétique.

Lorsque Léon Tolstoï a connu quelques enseignements de l’Islam, il a déclaré :

« J’ai beaucoup approuvé ‘Comment se débarrasser du péché’ et ‘La vie à venir’, les idées sont très profondes et très vraies. »

Vers une nouvelle perspective sur Le prophète et l’islam

Tolstoï, après s’être renseigné sur la vie du Prophète ﷺ et sur le riche héritage et la richesse des connaissances qu’il a laissées derrière lui, a écrit “Selected Sayings of the Prophet” (Une sélection de paroles du Prophète), où il a compilé des anecdotes et des citations du Prophète Mohamedﷺ.

Dans son livre, il déclare : « Quiconque veut vérifier la tolérance dans l’islam ne doit que lire attentivement le Coran. Ses versets sont révélateurs de l’esprit élevé de l’Islam, tels que :

{Et tenez ferme, tous ensemble, par la corde qu’Allah (vous tend), et ne soyez pas divisés entre vous ; et rappelez-vous avec gratitude la faveur d’Allah sur vous ; car vous étiez ennemis, et Il a uni vos cœurs dans l’amour, de sorte que par Sa grâce, vous êtes devenus frères ; et vous étiez au bord de la fosse du Feu, et, il vous en a sauvé. C’est ainsi qu’Allah vous fait comprendre ses signes, afin que vous soyez guidés} [Coran, 3 : 103].

Citations célèbres de Tolstoï sur le prophète

Il a également déclaré :

« Je fais partie de ceux qui sont très impressionnés par le prophète Mohamed, qui a été choisi par le Dieu unique pour que son dernier message soit révélé par son âme, son cœur et son esprit. Il l’a choisi pour être le dernier prophète ; par conséquent, aucun autre prophète ne viendrait après lui. Sa reconnaissance des prophètes qui avaient été envoyés par Dieu avant lui pour produire la construction sociale globale pour laquelle Mohamed avait été envoyé pour l’achever, est une preuve indubitable qu’il est venu avec l’Islam pour conclure la construction sociale pour l’humanité entière partout dans le monde. »

Il a par ailleurs déclaré :

« Aucun prophète n’a su gagner le respect de ses ennemis, à l’exception du prophète Mohamed. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux ont embrassé l’islam par la suite. Il semble surprenant que ceux qui se déclaraient ennemis de lui savaient certainement qu’il était digne de confiance et qu’il les appelait à la vérité ; ils le respectaient même au plus profond de leur cœur, mais ils cachaient ce respect, car ils ne voulaient pas être accusés de quitter leur foi. »

Dès son premier contact avec l’Islam, Tolstoï a toujours montré une attitude positive envers ce dernier.

En outre, Tolstoï a exprimé son admiration pour le Prophète ﷺ, en tant que réformateur :

« Sans aucun doute, le Prophète Mohamed ﷺ  est l’un des plus grands réformateurs qui ont rendu de grands services à la communauté humaine. En guise d’indication de sa grandeur, il suffit de mentionner qu’il a guidé une nation entière vers la lumière de la vérité et l’a fait incliner vers la sérénité et la paix et a opté pour une vie d’ascétisme. Il a interdit les actes d’effusion de sang et les sacrifices humains. Il a ouvert à sa nation la voie du progrès et de la civilisation. C’est un grand exploit que personne, aussi puissant soit-il, n’est capable de réaliser. Un tel homme, en effet, est hautement respectable et estimable. »

« Hadiths de Mohammed » un livre de Tolstoï

Dans son livre « Hadiths de Mohammed » édité en 1910 à Moscou, il rapporta des hadiths du Prophète ﷺ qu’il a commentés et traduits en russe.

Il a écrit un abrégé sur la conduite du Prophète ﷺ pour l’introduire et le faire connaître aux enfants russes de son époque.

Il énuméra les Hadiths ayant rapport avec le travail, ceux-ci lui serviront d’exemples pour appuyer la constance dans ses œuvres.

Il recommandait les principes de l’Islam pour une meilleure éducation de l’être humain. C’est la plus grande énergie pour l’éclairement de l’homme, aimait-il répéter.

pasternak tolstoy 1908
Léon Tolstoï, 1908

Certaines des paroles du Prophète ﷺ que Tolstoï a mentionnées dans son livre:

« Ceux qui font preuve de miséricorde voient la miséricorde d’Allah leur être montrée. Ayez pitié de ceux qui sont ici sur terre, et celui qui est au ciel aura pitié de vous  »

« Un mot gentil est une charité »

« Pratiquez l’humilité jusqu’à ce que personne n’opprime ou ne rabaisse l’autre »

« Un croyant n’est pas celui qui mange à sa faim pendant que son voisin a faim ».

« Quiconque ne prend pas soin de nos jeunes, ne respecte pas nos aînés, n’en rejoint pas le bien et ne dénonce pas le mal n’est pas compté parmi nous ».

Tolstoï, profondément impacté par l’islam et le prophète

Apprendre l’enseignement de l’islam du prophète a aidé Tolstoï à trouver une nouvelle perspective et avec le temps Tolstoï a découvert qu’il avait une très forte attirance pour l’islam et les peuples musulmans, il trouvait plusieurs similitudes avec ses idées sur des sujets tels que la guerre, le gouvernement (et donc le pouvoir) la paix, etc.
Il a ouvertement déclaré son amour pour Mohamed ﷺ, dans un discours historique le 13 mai 1903, ce fut en réponse au discours d’adieu du Messager qu’Il prononça lors de son dernier et unique pèlerinage.

La noblesse de caractère et les enseignements profonds du Prophète,ﷺ, ont laissé un impact durable sur le chemin de Tolstoï ; cependant, ses opinions sur l’Islam et son Prophète ﷺ ainsi que son admiration non dissimulée pour eux, ont été beaucoup moins discutées et diffusées.

Il répond ainsi au prophète Mohamed ﷺ

« J’ai lu passionnément ton excellent sermon qui m’a énormément plu, et je me presse de répondre, en déclarant ma grande joie d’avoir une liaison avec un aussi grand homme que toi » .

 

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email