Skip to content

Michael Hart et Mohamed

Mickael Hart et l'Islam

Américain de naissance, Hart a obtenu un BA de l’université Cornell en 1952, un M. Sc de l’université Adelphi en 1969 et un doctorat en astronomie de l’université Princeton en 1972.

Il a été professeur à l’Université du Maryland, au Anne Arundel Community College et à l’Université Trinity.

Hart est probablement plus célèbre pour son livre « The 100 : A Ranking of the Most Influential Persons in History ».

Il s’agit d’un classement des 100 personnes qui, selon Hart, ont le plus influencé l’histoire humaine. Contrairement à d’autres classements de l’époque, Hart ne cherche pas explicitement à classer les personnes en fonction de leur « grandeur », mais plutôt en fonction de la façon dont le cours de l’histoire humaine a le plus changé grâce aux actions de cette personne. C’était le premier livre de Hart.

Mahomet, le personnage le plus influent de l’histoire

Dans son livre, Hart commence par citer certaines des raisons pour lesquelles Mahomet mérite le titre de la personne la plus influente de l’histoire.

Dans son livre, Hart commence par citer certaines des raisons pour lesquelles Mahomet mérite ce titre. Hart explique comment son choix de Muhammad (SAW) en tête de la liste des personnes les plus influentes de l’histoire peut surprendre certains lecteurs et être remis en question par d’autres:

Mon choix de Muhammad en tête de la liste des personnes les plus influentes du monde peut surprendre certains lecteurs et être remis en question par d’autres, mais il s’agit du seul homme de l’histoire qui a connu une réussite suprême tant sur le plan religieux que séculier. D’origine modeste, Mahomet a fondé et promulgué l’une des plus grandes religions du monde et est devenu un dirigeant politique extrêmement efficace. Aujourd’hui, treize siècles après sa mort, son influence est encore puissante et omniprésente.

Il ajoute que, malgré la civilisation très rudimentaire dans laquelle il est né, il a quand même réussi à avoir le plus grand impact :

La majorité des personnes citées dans ce livre ont eu l’avantage de naître et d’être élevées dans des centres de civilisation, des nations hautement cultivées ou politiquement pivotantes. Muhammad, lui, est né en l’an 570, dans la ville de La Mecque, dans le sud de l’Arabie, à l’époque une région du monde arriérée, loin des centres de commerce, d’art et d’apprentissage.

Pour renforcer son argumentation, l’auteur mentionne l’enfance difficile de Mahomet et son manque d’éducation élémentaire :

Orphelin à l’âge de six ans, il a été élevé dans un environnement modeste. La tradition islamique nous dit qu’il était analphabète. Sa situation économique s’est améliorée lorsqu’il a épousé, à l’âge de vingt-cinq ans, une riche veuve. Néanmoins, à l’approche de la quarantaine, rien n’indique qu’il soit une personne remarquable. À cette époque, la plupart des Arabes sont des païens qui croient en de nombreux dieux. Il y avait cependant, à La Mecque, un petit nombre de juifs et de chrétiens ; c’est sans doute auprès d’eux que Muhammad a appris pour la première fois l’existence d’un Dieu unique et omnipotent qui régissait l’univers entier.

Coran et la langue Arabe

Dans son livre, Hart montre une grande admiration pour la langue arabe et le livre de Coran. Hart souligne également comment la langue arabe a continué à unir les Arabes malgré les différences qui existent entre les États arabes. Il affirme, par exemple, que

ni l’Iran ni l’Indonésie, deux États producteurs de pétrole et tous deux de religion islamique, n’ont participé à l’embargo pétrolier de l’hiver 1973-74. Ce n’est pas une coïncidence si tous les États arabes, et seulement les États arabes, ont participé à l’embargo. Nous voyons donc que les conquêtes arabes du VIIe siècle ont continué à jouer un rôle important dans l’histoire de l’humanité, jusqu’à aujourd’hui. C’est cette combinaison inégalée d’influence séculaire et religieuse qui permet à Mahomet d’être considéré comme le personnage unique le plus influent de l’histoire de l’humanité.

Dans ce passage, il explique que la langue arabe contribue à maintenir l’héritage et les principes du coran, et donc à garder les musulmans plus unifiés:

… Il en va tout autrement des conquêtes des Arabes. De l’Irak au Maroc, s’étend toute une chaîne de nations musulmanes unies non seulement par leur foi en l’islam, mais aussi par leur langue, leur histoire et leur culture arabes.

Il souligne également dans son ouvrage le rôle de la langue arabe dans la préservation des enseignements du coran :

La place centrale du Coran dans la religion musulmane et le fait qu’il soit écrit en arabe ont probablement empêché la langue arabe de se fragmenter en dialectes inintelligibles les uns pour les autres, ce qui aurait pu se produire au cours des treize siècles écoulés.

Le prophète Mahomet, l’homme le plus extraordinaire de tous les temps

Michael Hart affirme que les réalisations de Mahomet n’ont pas d’équivalent dans l’histoire de l’humanité:

À sa mort, en 632, Mahomet était le dirigeant effectif de toute l’Arabie du Sud. Les tribus bédouines d’Arabie avaient la réputation d’être de féroces guerriers. Mais ils étaient peu nombreux et, en proie à la désunion et aux guerres intestines, ils n’étaient pas de taille à affronter les grandes armées des royaumes des régions agricoles sédentaires du nord.

Cependant, unifiées par Mahomet pour la première fois dans l’histoire, et inspirées par leur fervente croyance dans le seul vrai Dieu, ces petites armées arabes se sont lancées dans l’une des plus étonnantes séries de conquêtes de l’histoire humaine.

Mahomet, le plus influent

Dans un autre passage de son livre, Hart explique à l’aide de deux arguments pourquoi il a choisi mahomet (SAW) pour être le plus influent de tous. Comme première raison, Hart affirme que le fait que le prophète mahomet ait été le seul responsable de la transmission de l’ensemble des aspects théologiques et éthiques de l’islam, le rend d’autant plus digne. Contrairement à Jésus :

Premièrement, Muhammad a joué un rôle bien plus important dans le développement de l’islam que Jésus dans celui du christianisme. Bien que Jésus ait été responsable des principaux préceptes éthiques et moraux du christianisme (dans la mesure où ceux-ci différaient du judaïsme), Saint Paul a été le principal développeur de la théologie chrétienne, son principal prosélyte et l’auteur d’une grande partie du Nouveau Testament. Muhammad, quant à lui, est responsable à la fois de la théologie de l’Islam et de ses principaux principes éthiques et moraux. En outre, il a joué le rôle clé dans le prosélytisme de la nouvelle foi et dans l’établissement des pratiques religieuses de l’islam.

En outre, selon Hart, Muhammad joue un rôle important dans la préservation de l’intégrité du Coran, grâce à ses enseignements dédicacés qui sont pratiquement exacts par rapport au contenu du Coran :

Le Coran représente donc étroitement les idées et les enseignements de Mahomet et, dans une large mesure, ses paroles exactes. Aucune compilation aussi détaillée des enseignements du Christ n’a survécu. Le Coran étant au moins aussi important pour les musulmans que la Bible pour les chrétiens, l’influence de Mahomet par le biais du Coran a été énorme. Il est probable que l’influence relative de Mahomet sur l’islam a été plus grande que l’influence combinée de Jésus-Christ et de Saint-Paul sur le christianisme.

Hart développe plus tard :

Sur le plan purement religieux, il semble donc probable que Mahomet ait été aussi influent que Jésus dans l’histoire de l’humanité. En outre, Muhammad (contrairement à Jésus) était un leader laïc aussi bien que religieux. En fait, en tant que force motrice des conquêtes arabes, il pourrait bien être considéré comme le leader politique le plus influent de tous les temps. On pourrait dire de nombreux événements historiques importants qu’ils étaient inévitables et qu’ils se seraient produits même sans le dirigeant politique particulier qui les a guidés.

Ce passage, dans lequel il souligne l’intelligence politique et les compétences de leadership de mohammed, n’est pas qu’un simple éloge, Hart affirme, à travers des événements historiques, le rôle vital de Mahomet dans l’accréditation des conquêtes islamiques, croyant fermement qu’aucune de ces conquêtes n’aurait été possible sans Mahomet :

Par exemple, les colonies sud-américaines auraient probablement gagné leur indépendance vis-à-vis de l’Espagne même si Simon Bolivar n’avait jamais vécu. Mais on ne peut pas en dire autant des conquêtes arabes. Rien de semblable ne s’était produit avant Mahomet, et il n’y a aucune raison de croire que les conquêtes auraient été réalisées sans lui. Les seules conquêtes comparables dans l’histoire de l’humanité sont celles des Mongols au XIIIe siècle, qui sont dues essentiellement à l’influence de Gengis Khan.

Un héritage éternel

Hart, tout convaincu de la valeur de Mahomet, n’omet pas de mentionner ses réalisations et l’héritage qu’il a laissé derrière lui :

À sa mort, en 632, Mahomet était le dirigeant effectif de toute l’Arabie du Sud. Les tribus bédouines d’Arabie avaient la réputation d’être de féroces guerriers. Mais ils étaient peu nombreux et, en proie à la désunion et aux guerres intestines, ils n’étaient pas de taille à affronter les grandes armées des royaumes des régions agricoles sédentaires du nord. Cependant, unifiées par Mahomet pour la première fois dans l’histoire, et inspirées par leur fervente croyance dans le seul vrai Dieu, ces petites armées arabes se sont lancées dans l’une des plus étonnantes séries de conquêtes de l’histoire humaine.

Dans le passage ci-dessus, Hart considère que Mahomet est l’élément unificateur qui a déclenché une série de conquêtes arabes, qu’il élucide à travers les deux passages ci-dessous :

Au nord-est de l’Arabie se trouvait le grand empire néo-persan des Sassanides ; au nord-ouest se trouvait l’empire byzantin, ou empire romain d’Orient, dont le centre était Constantinople. Sur le plan numérique, les Arabes ne faisaient pas le poids face à leurs adversaires. Sur le champ de bataille, cependant, les Arabes inspirés conquièrent rapidement toute la Mésopotamie, la Syrie et la Palestine. En 642, l’Égypte avait été arrachée à l’Empire byzantin, tandis que les armées perses avaient été écrasées lors des batailles clés de Qadisiya en 637 et de Nehavend en 642.

Mais même ces énormes conquêtes, réalisées sous la direction des amis proches et successeurs immédiats de Mahomet, Ali, Abu Bakr et ‘Umar ibn al-Khattab, ne marquent pas la fin de l’avancée arabe. En 711, les armées arabes avaient complètement traversé l’Afrique du Nord jusqu’à l’océan Atlantique, où elles ont viré au nord et, en traversant le détroit de Gibraltar, ont écrasé le royaume wisigoth d’Espagne.

L’effet au-delà de la défaite

Hart montre une fois de plus l’influence intense du prophète, en faisant valoir que même après la fin des conquêtes, davantage de personnes étaient au courant de son message et en étaient affectées :

Pendant un certain temps, il a dû sembler que les musulmans allaient submerger toute l’Europe chrétienne. Cependant, en 732, lors de la célèbre bataille de Tours, une armée musulmane, qui avait progressé dans le centre de la France, a finalement été vaincue par les Francs. Néanmoins, en un siècle à peine de combats, ces tribus bédouines, inspirées par la parole du Prophète, se sont taillé un empire qui s’étend des frontières de l’Inde à l’océan Atlantique – le plus grand empire que le monde ait jamais vu.

Partout où les armées ont conquis, une conversion à grande échelle à la nouvelle foi a suivi. Cependant, toutes ces conquêtes ne se sont pas avérées permanentes.

Hart avait une admiration très sincère et énorme envers le prophète, qu’il a verbalisée dans son livre. Il y a un bon raisonnement derrière les choix. Pour beaucoup de ces choix, il prend souvent en compte le fait que l’innovation/la percée aurait été faite par quelqu’un d’autre si la personne remarquable n’avait pas été là. C’est ce que démontre son choix de Mahomet comme première personnalité la plus influente.

A la fin, une dernière citation de son livre :

C’est cette combinaison inégalée d’influence séculaire et religieuse qui, selon moi, permet à Mahomet d’être considéré comme la personnalité la plus influente de l’histoire de l’humanité.

Ressources:

https://www.cairn.info/revue-multitudes-2015-2-page-61.htm

https://dailytrust.com/muhammad-saw-according-to-michael-h-hart

https://islamigems.com/category/great-non-muslims-on-prophet-muhammad/

https://www.quranproject.org/The-Most-Influential-Man-in-History—Michael-Hart-412-d

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email