Skip to content

George Bernard Shaw et Mohamed

George-Bernard-Shaw-et-Mohamed

George Bernard Shaw, le monde a besoin d’un homme qui a l’esprit de Mohammed

Shaw, George Bernard (1856-1950), dramaturge, polémiste et écrivain britannique, est né le 26 juillet 1856 à Dublin.

Ce dont le monde a le plus besoin est un homme qui a l’esprit de Mohammed. Les hommes religieux dans le moyen-âge, par ignorance et par fanatisme, ont propagé une image obscure de la religion de Mohammed qu’ils ont considéré comme l’ennemi du christianisme. Mais après avoir eu connaissance de l’histoire de cet homme, j’ai trouvé que c’est un prodige exceptionnel et j’ai conclu qu’il n’est pas l’ennemi du christianisme mais le sauveur de l’humanité. Selon mon opinion, s’il avait à se charger des affaires de ce monde actuel, il résoudrait tous nos problèmes et assurerait la paix et le bonheur que le monde entier espère.

Ce sont les mots de George Bernard Shaw, un écrivain britannique, qui a vécu une vie intéressante, pleine de conquêtes pour la connaissance et la vérité. Dans son style particulier, George Bernard écrit sur l’islam et Mahomet. Bien sûr, tout comme n’importe quel autre personnage historique comme Victor Hugo Voltaire et napoléon Bonaparte, il avait des doutes, des opinions contradictoires et des points de vue négatifs sur l’islam et le prophète, comme nous le verrons plus loin. Voici des citations de l’homme lui-même sur le prophète Mahomet (SAAS), au cours desquelles il fait l’éloge du prophète, et le décrit même comme un grand homme, un libérateur et un bienfaiteur de l’humanité :

Je crois que si un homme tel que Mohammed était à même d’assumer le leadership absolu du monde moderne, il réussirait à en résoudre les problèmes et à lui assurer la paix et le bonheur qui lui manquent tellement. J’émets une prophétie à propos de la foi de Mohammed : qu’elle sera acceptable à l’Europe de demain tout comme elle commence à être acceptable à l’Europe d’aujourd’hui.

Mohammad, c’est l’esprit de la clémence. Son influence demeure éternelle au cours du temps. Personne ne l’a oublié: ni ceux qui avaient vécu avec lui, ni ceux qui ont vécu après.

Je crois que si la dictature du monde moderne était confiée à un homme comme lui, il aurait réussi à résoudre les problèmes de ce monde d’une manière qui pourrait instaurer la paix et apporter le bonheur auxquels l’on a tant aspiré.

Moïse a révélé l’existence de Dieu à sa nation. Jésus-Christ au monde romain, Muhammad au vieux continent.

J’ai étudié très attentivement l’Islam et la vie de son Prophète (PBUH). Je l’ai fait à la fois en tant qu’étudiant en histoire et en tant que critique. Et je suis arrivé à la conclusion que Muhammad (PBUH) était en effet un grand homme, un libérateur et un bienfaiteur de l’humanité qui, jusqu’alors, se débattait dans les douleurs les plus atroces.

D’après ces citations, Shaw semble avoir une grande estime pour le prophète et lui vouer un grand respect, digne de son titre. Mais, comme nous l’avons déjà mentionné, la position de Shaw n’a pas toujours été la même, et elle reste encore aujourd’hui un peu floue. En fait, les images qu’il avait de l’islam, des musulmans et du prophète étaient très fragmentées. Ce n’est que jusqu’à ce qu’il apprenne l’histoire de l’islam et du prophète que ses idées ont changé.

Dans les dernières sections, une histoire est racontée, à partir de passages, d’interviews et de la littérature, tous relatifs à George Bernard Shaw et racontant l’histoire incomplète mais pourtant révélatrice de l’expérience de cet homme avec l’Islam et le prophète.

L’exploration de nouvelles religions 1933

Shaw a nourri sa fascination pour la religion au début des années 1930 par une série de voyages autour du monde

Une série de voyages autour du monde, apparemment entrepris en grande partie pour inspecter les religions dans différentes sociétés – en Égypte, en Afrique, en Inde, en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est, en Amérique du Nord, et même, à un moment donné, en Nouvelle-Zélande. En 1933, il s’exprime sur l’hindouisme et l’islam dans une lettre au révérend Ensor Walters :

[En Égypte et en Inde], la multiplicité apparente des dieux est déconcertante au premier coup d’œil, mais on découvre ensuite qu’il s’agit du même Dieu sous des aspects, des fonctions et même des sexes différents. Il y a toujours un Dieu ultime qui défie toute personnification. Cela fait de l’hindouisme la religion la plus tolérante du monde, car son Dieu transcendant unique inclut tous les Dieux possibles… L’hindouisme est si élastique et si subtil que le méthodiste le plus profond et l’idolâtre le plus grossier s’y sentent également chez eux.

ses premières réflexions sur l’islam

L’islam est très différent, car il est férocement intolérant. Ce que j’appelle le monothéisme multiple devient dans l’esprit des gens très simples une idolâtrie polythéiste absurde, tout comme les paysans européens non seulement adorent les saints et la Vierge comme des dieux, mais se battent fanatiquement pour leur foi dans l’affreuse petite poupée noire qui est la Vierge de leur propre église contre la poupée noire du village voisin. Lorsque les Arabes eurent poussé ce genre d’idolâtrie à l’extrême [au point] de se passer de poupées noires et d’adorer n’importe quelle pierre qui avait l’air bizarre, Mahomet se leva au péril de sa vie et insulta les pierres de manière choquante, déclarant qu’il n’y a qu’un seul Dieu, Allah, le glorieux, le grand… Et il ne devait pas être question de tolérance. Vous acceptiez Allah ou vous étiez égorgé par quelqu’un qui l’acceptait, et qui allait au Paradis pour vous avoir envoyé en Enfer. Mahomet était une grande force religieuse protestante, comme George Fox ou Wesley…..

Une conversation propice 1935

Il ressort clairement du passage précédant que George n’était pas un grand fan de l’islam et qu’il doutait de ses enseignements, il décrivait l’islam comme « férocement intolérant ».
On peut se demander comment cet homme a pu passer du statut de sceptique de cette religion à celui d’admirateur.

En fait, George étant de nature curieuse, il a rencontré de nombreuses personnalités de différentes cultures et religions au cours de ses voyages. L’un d’entre eux est Son Éminence Mohammad Abdul Aleem Siddiqui, un érudit islamique, maître spirituel, auteur et prédicateur de Meerut, en Inde, qui fait maintenant partie du Pakistan.

Le paquebot Union Castle, Linlithgow, par lequel il voyageait, s’arrêta trois jours sur l’île, et George Bernard Shaw fut l’invité du Magistrat Résident de Mombasa, un parent éloigné qu’il n’avait jamais rencontré auparavant. Lorsque Son Éminence arriva au bungalow du Magistrat, le mercredi matin, 17 avril 1935, George Bernard Shaw sortit immédiatement pour le recevoir. La conversation qui s’ensuivit fut très intéressante, bien que dépourvue de sarcasmes shaviens, peut-être parce que les rôles habituels des interviews avec George Bernard Shaw étaient inversés dans ce cas ; en effet, c’est George Bernard Shaw qui posait la question à l’interviewer, et écoutait attentivement les réponses rapides, lucides et informatives de Son Éminence.

Dans cette simple conversation, son éminence explique les principes et les qualités de l’islam à Shaw, qui en profite pour comparer l’islam et le christianisme.

Voici quelques-uns des échanges les plus pertinents de la conversation :

(…)
George Bernard Shaw : Je regrette de ne pas avoir pu, en raison d’un engagement antérieur, assister à votre conférence d’hier soir, alors que j’y tenais beaucoup. Vous avez parlé de la philosophie de la paix, mais, en tant que musulman, il aurait été plus approprié que vous fassiez une conférence sur la philosophie de la guerre, car l’Islam s’est sans doute répandu à la pointe de l’épée.

Son Éminence : C’est un malentendu courant concernant l’Islam. Je me suis penché sur ce problème hier soir encore, et je suis vraiment surpris que ce mythe, qui a déjà été complètement démoli, reçoive une attention quelconque de la part d’un savant de votre calibre. Cependant, je peux vous dire brièvement que le sens littéral du mot « Islam » est la paix.

Le Coran et les Traditions ont conservé intacts les enseignements de l’Islam dans leur pureté originelle. Ils établissent, sans l’ombre d’un doute, que l’Islam ne permet l’usage de l’épée que lorsqu’il est attaqué sans raison et contraint de se défendre. En outre, il existe une injonction explicite dans le Saint Coran selon laquelle :  » Il n’y a pas de coercition dans le combat.

« Il n’y a pas de coercition dans la religion ».

interdisant ainsi clairement l’usage de la force ou de la contrainte en matière de religion.
(…)

(…)
George Bernard Shaw : Il ne fait aucun doute que les fanatiques de l’Église romaine sont, dans une large mesure, responsables de ces tristes événements, et les purs enseignements du christianisme n’ont rien à voir avec leur survenue. On peut également admettre qu’il existe un grand nombre de malentendus concernant l’Islam, et qu’il est largement déformé, mais les masses musulmanes sont-elles d’accord avec votre interprétation, et croient-elles que l’Islam n’a pas été, et ne devrait pas être, répandu par la force ?

Son Éminence : Tout musulman est tenu de l’approuver, car ce que je dis est précisément ce que dit le Coran, et mes propres opinions ou conceptions n’ont rien à voir avec cela. De nombreux livres ont été écrits sur ce sujet, et Syed Amir Ali, Sir Syed Ahamed Khan, Allama Shible et d’autres savants docteurs en théologie islamique ont traité de manière exhaustive tous les aspects de ce problème dans leurs livres.
(…)

(…)
George Bernard Shaw : Je sais qu’il y a une concordance considérable entre l’Islam et le Christianisme !

Son Eminence : Cette correspondance n’est pas simplement nominale ou superficielle, car le Coran prévoit expressément que lorsque la source ou l’origine ultime d’une religion inspirée ou révélée et divine est l’Etre de Dieu, l’unanimité dans ces révélations est indispensable. L’Islam a été conçu comme une nouvelle religion, mais selon le Coran lui-même, la religion qu’il prêche est la même que celle qui a été promulguée par tous les vrais Prophètes et, depuis Abraham jusqu’à Jésus, Dieu les a chargés, tous et chacun, de diffuser à peu près les mêmes enseignements.

Ce n’est que parce que leurs enseignements originaux ont été tempérés et corrompus, et que leur authenticité est devenue douteuse, que Dieu Tout-Puissant a envoyé le dernier Prophète, et le dernier Livre, pour réaffirmer, confirmer et compléter Son Message original. Le Saint Coran l’a clairement exprimé en disant que : « Nous avons ordonné pour vous la religion et le culte.

« Nous avons ordonné pour vous la religion avec laquelle Nous avons commandé à Noé, et que Nous t’avons révélée (ô Muhammad), et avec laquelle Nous avons commandé à Abraham, Moïse et Jésus, en disant : Observe cette religion et ne t’y divise pas. »
(…)

(…)
George Bernard Shaw : Il est tout à fait vrai que l’esprit de l’original ne peut être transplanté dans sa traduction dans une autre langue, et il en va de même pour les traductions de la Bible, mais elles ont maintenant atteint un niveau très élevé, et le processus pour l’élever encore plus haut se poursuit.

Son Éminence : Bien que les traductions de la Bible puissent atteindre le plus haut degré de perfection du point de vue de la langue, on ne peut en aucun cas dire qu’elles contiennent le message original du christianisme, ou qu’elles sont les versions authentiques des enseignements de Jésus-Christ, car le message original, comme vous le savez, dans sa pureté inaltérée, tel qu’il a été délivré par Jésus, n’existe plus. Le résultat des nombreuses lectures de la Bible, et l’absence du manuscrit original, est une confusion pire encore, et un chercheur après la vérité ne peut pas étancher sa soif à sa fontaine d’eau, tandis que le Coran, en revanche, a été préservé de telle manière, qu’il n’y a pas eu le moindre changement, pas même dans la mesure d’une lettre ou d’un point. Par conséquent, si nous voulons connaître les véritables enseignements du christianisme, nous devons les chercher dans le Coran.
(…)

(…)
George Bernard Shaw : Le Coran n’a-t-il vraiment subi aucune altération, et est-il absolument préservé dans sa forme originale ? Le Prophète Muhammad savait-il écrire, et son écriture existe-t-elle ?

Son Éminence : Il existe un enregistrement complet et authentique de chaque chapitre, voire même de chaque verset, ou je pourrais dire, de chaque mot du Coran. Le Prophète, immédiatement après la révélation d’un ou plusieurs versets, avait l’habitude d’envoyer chercher les scribes désignés à cet effet et de leur dicter le texte. Une fois le texte transcrit, il leur demandait de réciter ce qu’ils avaient écrit et, après l’avoir écouté et vérifié, il leur en expliquait le sens.

Les manuscrits de l’un des scribes les plus honorés et les plus dignes de confiance, du nom de Zaid bin Sabit, sont conservés intacts dans les archives de Constantinople et de Médine, et toutes les éditions du Coran dans le monde sont leurs copies exactes, ne différant pas entre elles, même au niveau d’une virgule ou d’un tiret.
(…)

(…)
George Bernard Shaw : Quoi ! il y a des signes de ponctuation dans le Coran ?
Son Eminence : Les signes de ponctuation de la langue anglaise ne comprennent que les virgules, les deux-points, les points-virgules, les points pleins, etc. Par exemple, un arrêt est obligatoire à certains endroits, alors qu’il est facultatif à d’autres ; certaines terminaisons doivent être prononcées complètement, alors que d’autres sont quiescentes, etc. Les accents corrects, les prononciations, les haltes précises, etc., sont si complexes et si difficiles à acquérir que l’élocution coranique est devenue un art à part entière, et que de nombreux volumes ont été écrits sur sa théorie et sa pratique.
(…)

On peut clairement lire l’intérêt et la curiosité de Bernard dans le ton de ses questions, mais aussi le manque de connaissances de Bernard sur l’islam. On pourrait dire que c’est le point de départ de Bernard pour mieux comprendre l’Islam.

Réponse de Shaw à The Islamic Review en 1949

The Islamic Review était l’organe de la Woking Muslim Mission au Royaume-Uni, dirigée par des membres du mouvement Ahmadiyya de Lahore, avec la coopération d’autres musulmans, de 1913 au milieu des années 1960. . Dans le numéro de janvier 1949, à la page Lettres (p. 63), le rédacteur en chef reproduit une demande de renseignements qu’il a adressée à George Bernard Shaw et la réponse de ce dernier. Le rédacteur en chef écrit :

Nous avons récemment écrit au grand philosophe et dramaturge pour lui demander si une citation qui lui était attribuée était correcte. La citation, parue dans un certain journal, était la suivante :

J’ai toujours tenu la religion de Mahomet en haute estime en raison de sa merveilleuse vitalité. C’est la seule religion qui me semble posséder cette capacité d’assimilation de la phase changeante de l’existence qui peut faire appel à chaque âge. Mais l’Europe du siècle actuel est très avancée. Elle commence à s’éprendre du credo de Mahomet. »Interview (April 1935), as quoted in « The Genuine Islam », tome 1, Janvier 1936.

Les ecclésiastiques médiévaux, par ignorance ou par bigoterie, ont peint Mahomet sous les couleurs les plus sombres. En fait, ils ont été formés à la fois pour haïr l’homme Mahomet et sa religion. Pour eux, Mahomet était l’Anti-Christ. Je l’ai étudié – cet homme merveilleux, à mon avis, loin d’être un Antéchrist, doit être appelé le Sauveur de l’humanité.

George Bernard Shaw.

Une lettre a été envoyée à Shaw par le rédacteur en chef pour confirmer sa position avant qu’il ne la publie, à laquelle il a répondu :

J’ai toujours classé Mahomet comme l’un des plus grands prophètes, réussissant un énorme succès là où Jésus a complètement échoué. Mais j’ai également insisté sur le fait que si le christianisme dans sa corruption a été sauvé par la Réforme, seul un islam réformé peut conquérir le monde aujourd’hui.

J’ai dit : « La conversion des sauvages au christianisme est la conversion du christianisme à la sauvagerie ». Toutes les grandes religions orientales, aussi nobles qu’elles soient dans leur inspiration et leur doctrine doctrine d’origine, sont profondément corrompues par l’idolâtrie et les miracles par lesquelles elles gouvernent la paysannerie.

7 septembre 1948.

Cet échange de lettres est très intéressant, car au cours de celui-ci, Shaw confirme sa conviction de Mahomet et de l’Islam, ce qui est très étonnant compte tenu de ses opinions étroites sur ces derniers.

On pourrait discuter de l’opinion réelle de Shaw et de ses sentiments à l’égard de l’islam, car ses passages semblent se contredire au fil des ans, mais nous ne pouvons pas nier qu’il était un homme de culture et de rationalité, et donc ses déclarations sont basées sur la connaissance et la pensée logique et l’analyse, donc à la fin une dernière de ses citations, au cours de laquelle il parle de l’islam:

C’est l’unique religion qui me paraît posséder une capacité d’assimiler cette phase de tourments décisifs de l’existence, ce qui en fait une religion compatible avec toutes les époques.

George Bernard Shaw

Shaw, George Bernard (1856-1950), dramaturge, polémiste et écrivain britannique, est né le 26 juillet 1856 au 3 Upper Synge Street (plus tard 33 Synge Street), à Dublin. Il est le troisième et plus jeune enfant, et le seul fils de George Carr Shaw (1815-1885), greffier retraité d’un tribunal et marchand de maïs en faillite, et de Lucinda Elizabeth, née Gurly (1830-1913), fille de Walter Bagnall Gurly, un gentilhomme pauvre du comté de Carlow. Carlow. Du côté paternel, Sonny, comme Shaw était connu dans son enfance, était issu de l’ascendance protestante en déclin, de la noblesse terrienne qui avait traversé la mer d’Irlande, après Cromwell, depuis l’Écosse et l’Angleterre. Son grand-père, un ancien Bernard Shaw, a eu onze enfants qui ont survécu jusqu’à l’âge adulte, la plupart d’entre eux étant ce que son petit-fils appelait des « downstarts ». La « famille Shaw des dipsomanes », comme Shaw l’a décrite dans une note de son journal en 1882, était composée, du côté masculin, de « buveurs d’alcool sans conviction ». Son père était un buveur furtif lorsqu’il a épousé Bessie Gurly, beaucoup plus jeune, le 17 juin 1852. Désireuse d’échapper à sa tante austère et bossue, Ellen Whitcroft, qui l’avait élevée, Bessie a croisé la vie d’un Dubliner désagréable et excentrique qui avait dilapidé ses revenus ; par le mariage, Bessie a perdu ses propres biens au profit de son père veuf, qui s’était remarié un mois plus tôt pour légaliser une fille naturelle en bas âge. Lors de la lune de miel de Bessie avec George Shaw à Liverpool, elle découvrit qu’il était un alcoolique avancé. Elle n’avait nulle part où aller et restait dans ce que son fils décrivait comme « l’enfer » de la « pauvreté miteuse avec un mari ivrogne ».

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email