Skip to content

Des écrivains, voyageurs, ambassadeurs  et marchands russes ont écrit sur l’islam avec admiration

auteurs russes

La principale œuvre d’Alexandre Pouchkine inspiré par l’islam est le poème « Imitations du Coran » (1824). La philosophie et les aspects moraux du Coran intéressaient particulièrement Pouchkine, qui a dit un jour que :

« De nombreuses vérités morales sont énoncées dans le Coran d’une manière forte et poétique. »

La littérature arabe et islamique écrite en langue asiatique a joué un rôle majeur dans l’accointance des cultures arabo-islamique et orthodoxe russe. La civilisation islamique a inspiré de nombreux poètes et romanciers russes. Ivan Bounine (1870-1953), premier écrivain russe à avoir reçu un prix Nobel de Littérature en 1933, a fait sa tournée en Égypte, en Syrie et en Palestine au début du XXe siècle. Il a écrit les poèmes « Laylat al-Qadr » (la nuit du destin), « Migration » , « Imru’ al-Qays », « La Caravane » et « Les descendants du Prophète », entre autres.

Le site web du journal « New Straits Times » de Singapour a publié un article de l’historien, orientaliste et traducteur russe Dr. Viktor Bogadayev sur la relation des Russes avec l’islam et leur admiration pour cette religion, en particulier les voyageurs, marchands, ambassadeurs et écrivains célèbres.

Voyages d’affaires

voyage

Pogadaïev, spécialiste de l’histoire et de la culture de l’Asie du Sud-Est, affirme qu’au cours de la seconde moitié du XVe siècle, des marchands, des voyageurs et des ambassadeurs de Russie ont commencé à diffuser leurs impressions sur l’Islam. Le marchand Afanasy Nikitin était probablement le premier Russe à se rendre en Inde (30 ans avant l’entrée de l’explorateur portugais Vasco de Gama), en Perse, en Éthiopie et dans l’Arabie au XVe siècle. Son livre « Voyage au-delà des trois mers » décrit la vie des musulmans et se demande si les chrétiens devraient considérer les autres religions.

Nikitin a écrit comment Khan (Amir) Janar en Inde tentait de le persuader de se convertir à l’islam lui promettant une récompense de 1 000 pièces d’or, et comment il jeûnait avec les musulmans même s’il était toujours inquiet d’un conflit avec sa religion. L’autre marchand Fedot Kotov, dans son livre « Adventures ein Persia » (1623), a décrit en détail certaines célébrations islamiques et ne cherchait pas à glorifier l’islam à travers son livre.

Poètes russes

Le premier à parler de l’islam avec beaucoup de respect a été le poète Gavrila Derjavine (1743-1816), qui a passé son enfance dans la région islamique de Kazan, en République russe du Tatarstan. La nostalgie se reflète dans la ligne de son poème « Même la fumée de la patrie nous est douce et agréable.»

D’autres auteurs ont évoqué les similitudes entre chrétiens et musulmans. Notamment le poète et dramaturge russe classique Pavel Katenine (1792-1853). Il a salué la naissance de l’islam et a déclaré que la diffusion de la religion parmi les Arabes était bénéfique pour les gens. Le poète diplomatique russe Alexandre Griboïedov (1795-1829), le prince poète Peter Viazemski (1792-1878) et le poète Eugène Muravyev (1794-1866) ont également manifesté un grand intérêt pour l’islam.

La culture islamique a inspiré le grand poète Alexandre Pouchkine (1799-1837), qui a déclaré dans l’un de ses poèmes : « Je me réjouis de la beauté du Coran ». Il a révélé son interaction personnelle avec les musulmans du sud de la Russie dans les poèmes « La Fontaine de Bakhtchissaraï » et « Le Prisonnier du Caucase ». Dans le poème « Tazit », il dépeint la sanglante guerre tchétchène et les éléments traditionnels de leur culture liés à l’islam.

La principale œuvre de Pouchkine inspirée par l’islam est son poème « Imitations du Coran » (1824). La philosophie et les aspects moraux du Coran intéressaient particulièrement Pouchkine, qui a dit un jour que « De nombreuses vérités morales sont énoncées dans le Coran d’une manière forte et poétique. » Pouchkine mettait en cause Voltaire « Le paradis ne demande pas le sang des sans-défense, mais l’amour et la confiance. »

Le célèbre écrivain Fiodor Dostoïevski (1821-1881) disait que Pouchkine avait une capacité unique à comprendre la véritable essence de la civilisation orientale.

Faisant référence au poème « Imitations du Coran » en particulier, Dostoïevski s’est exclamé :

« Ne voyons-nous pas ici un musulman, un véritable esprit du Coran, une épée, la grandeur et la force d’une foi solide ? »

Plus tard, Pouchkine a écrit le poème « Le Prophète », dans lequel il a dit :

« Dieu lui a donné des yeux pour tout voir, mais il n’était pas poète. »

Je mets la main droite du sang.
Et il a coupé ma poitrine avec l’épée,
Et le frémissement du cœur a
et UHL, feu flamboyant,
Dans le trou de la poitrine vodvinul.
Comme un cadavre dans le désert, je mets,
Et la voix de Dieu quand me vozzval:
“s’élever, prophète, et vizhdy, et écouteront,
Soyez remplis de la volonté de mon,
et, sans passer par la mer et la terre,
Verbe brûler le cœur des gens”

La vie des musulmans a été décrite par les écrivains russes Marlinski (1797-1837) et Alexander Polezhayev (1805-1838). (Amalat-bey, Harem, Sultan, etc.).

Le monde islamique oriental avec sa beauté pittoresque est devenu une source d’inspiration pour le poète Lermontov (1814-1841), et Alexei Nikolaïevitch Tolstoï (1882-1945) a soulevé le problème du sort humain dans ses mémoires sur la Crimée.

Nikolaï Nekrassov (1821-1877) a créé la figure de la beauté orientale dans sa femme turque, tandis que l’écrivain Nikolaï Gogol (1809-1852) a décrit l’architecture islamique comme « pleine de fleurs ». Dans l’essai Al-Ma’mun, il parle admirablement du souverain de Bagdad (813-833).

Littérature contemporaine

tolstoiLe philosophe russe Vladimir Soloviev (1853-1900) avait une opinion importante sur le rôle du prophète Mohamed (PSL) et de l’islam dans le développement de la civilisation mondiale en disant : « L’islam va certainement grandir et se répandre davantage parce que le lait spirituel du Coran est essentiel à la race humaine ».L’écrivain Léon Tolstoï (1828-1910), qui a étudié les traditions islamiques et le prophète Mohamed, respectait également le Coran et la culture islamique en général, et a rencontré le regretté penseur égyptien Mohamed Abduh (1849-1905). Le héros principal de son roman Hadji Mourad (1910) montre de nombreuses caractéristiques des musulmans des montagnes du Caucase à l’époque de la résistance des musulmans du Daghestan aux Russes européens.

 

Pas encore de commentaire, laissez un commentaire ci-dessous !


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email