Skip to content

Histoire de Mahomet (Mohamed prophète de l’islam)

architecture gf76a6db3c 1920

L’essor de l’islam est intrinsèquement lié au prophète Mohamed, que les musulmans considèrent comme le dernier d’une longue lignée de prophètes comprenant Moïse et Jésus. Parce que Mohamed a été le destinataire et le messager choisi de la parole de Dieu à travers les révélations divines, les musulmans de tous horizons s’efforcent de suivre son exemple. Après le saint Coran, les paroles du Prophète (hadiths) et les descriptions de son mode de vie (sunna) sont les textes musulmans les plus importants.

Renseignements personnels de Mahomet (Mohamed Prophète de l’Islam)

Ce texte de la vie de Mohamed est dans une structure qui permet au lecteur de consulter la vie de ce noble personnage dans un ordre chronologique.

Nous utilisons l’orthographe la plus appropriée à son nom : Mohamed ﷺ au lieu de Muhamet, Mohammed, Muhammad, Mohammad, Mahomet.

Mohamed est le dernier des prophètes de Dieu et messager de l’humanité avec les dernières religions monothéistes, l’Islam. Son plus grand miracle est le Coran, le livre sacré de la religion musulmane. Et selon les actions et les paroles du Prophète (SWS), les musulmans ont la Sunna Nabawiya

Débuts de la vie Mahomet (Mohamed ﷺ) 

Mohamed (SWS), de son vrai nom Abu al-Qasim Mohamed ibn ‘Abd Allah ibn ‘Abd al-Muttalib ibn Hashim, est né en 570 à La Mecque, en Arabie [aujourd’hui Arabie Saoudite]. Son père, ‘Abd Allah, et sa mère, Aminah, appartenaient à la famille des Banu Hashim, une branche de la puissante tribu des Quraysh, la tribu dominante de La Mecque, qui gardait également son sanctuaire le plus sacré, la Ka’bah. Abd Allah mourut avant la naissance de Mohamed. Sans père, Mohamed connut de nombreuses difficultés, même si son grand-père Abd al-Muttalib était un leader de la communauté mecquoise.

Afin que Mohamed puisse maîtriser l’arabe dans sa forme pure et se familiariser avec les traditions arabes, Aminah l’envoya bébé dans le désert, comme le faisaient toutes les grandes familles arabes de l’époque. Aminah choisit une femme pauvre nommée Halimah de la tribu des Banu Sa’d, une branche des Hawazin, pour allaiter et élever son fils. C’est ainsi que le jeune Mohamed passa plusieurs années dans le désert. C’est également à cette époque que deux anges apparurent à Mohamed sous l’apparence d’hommes, lui ouvrirent la poitrine et purifièrent son cœur avec de la neige. Émerveillés par cet événement et remarquant également un grain de beauté sur le dos de Mohamed (identifié plus tard dans les sources traditionnelles comme le signe de la prophétie), Halimah et son mari, Harith, ramenèrent le garçon à la Mecque. 

Orphelin à l’âge de 6 ans

La mère de Mohamed meurt alors qu’il a six ans. Devenu complètement orphelin, il fut élevé par son grand-père ‘Abd al-Muttalib, qui mourut également deux ans plus tard. Il fut ensuite confié à Abu Talib, l’oncle de Mohamed et le père de ‘Ali, le cousin de Mohamed. Plus tard, Mohamed lui rendra cette gentillesse en accueillant Ali dans sa maison et en lui donnant sa fille Fatimah en mariage. Mohamed est devenu un jeune homme d’une beauté physique inhabituelle et d’une grande générosité de caractère. Son sens de l’équité et de la justice était si respecté que les Mecquois s’adressent souvent à lui pour obtenir un arbitrage et le connaissaient sous le nom d’al-Amin, « le digne de confiance ». Son apparence frappante est le sujet d’innombrables poèmes en différentes langues.

À l’âge de 25 ans, Mohamed reçut une demande en mariage d’une riche Mecquoise, Khadijah bint al-Khuwaylid, dont il dirigeait les affaires. Bien qu’elle ait 40 ans, 15 ans de plus que lui, Mohamed accepta la proposition et ne prit pas d’autre épouse avant sa mort (bien que la polygamie soit autorisée et courante). Elle lui donna deux fils, tous deux, morts jeunes. C’est du premier fils, Qasim, que dérive l’un des noms du Prophète, Abu al-Qasim (« le père de Qasim« ). Elle lui donna également quatre filles, Zaynab, Ruqayyah, Umm Kulthum et Fatimah

La nuit du destin (ليلة القدر)

Il a commencé à fréquenter une grotte appelée Hira juste avant son quarantième anniversaire. Il y méditait et contemplait pendant des jours. À peu près à la même époque, il a commencé à faire des rêves qui s’avéraient être vrais.

cave hira
Grotte Hira

Avec le temps, la solitude dans la grotte de Hira lui est devenue de plus en plus chère. Puis, une nuit, alors qu’il était là en méditation et en contemplation, il vit une lumière très vive.

Et une énorme créature vint et dit :

« Lis ! »

Mohamed, un homme du désert, n’avait aucune idée de la façon de lire ou d’écrire. Il a dûment répondu :

« Je ne sais pas lire. »

La créature, qui était l’ange Jibreel, le serra très fort. C’était si fort que Mohamed pensait qu’il allait mourir étouffé. Puis il a été relâché et l’ange a répété :

« Lis ! » 

Mohamed répondit à nouveau comme il l’avait fait auparavant :

« Je ne sais pas lire. »

L’ange le serra à nouveau, jusqu’à ce qu’il pense qu’il allait s’étouffer, et le relâcha. L’ordre fut répété :

« Lis ! »

Il répondit à nouveau de la même manière : 

« Je ne sais pas lire. »

Jibreel (la paix soit avec lui) serra à nouveau fort Mohamed (la paix soit avec lui) avant de le relâcher. Cette fois, il en dit plus, il récita des mots si purement arabes mais pas du tout de la parole humaine. L’ange récita, dont la signification est :

{lis au nom de ton Seigneur qui a créé. A créé l’homme à partir d’un embryon. Lis et ton Seigneur est très honorable et généreux. Celui qui a enseigné par la plume. A enseigné à l’homme ce dont il n’avait aucune connaissance.} (Coran 96:1-5)

pexels pir sümeyra 10206732
Le Coran

C’est ce qui s’est passé la nuit d’Al-Qadr. Sans aucune exagération, dans l’histoire de l’humanité, la plus grande nuit est probablement celle-ci. Ses implications pour l’humanité sont d’une telle portée qu’il n’est possible à aucun d’entre nous de les appréhender.

Allah, le tout-puissant, le plus puissant, le propriétaire de tout ce qui existe, le roi des rois et le créateur de toute la création communique son dernier message à l’humanité cette nuit-là. Du haut des sept cieux, Allah fait descendre ce qui est décrit comme « la guidance et la miséricorde« .

Laylatul Qadr est la nuit où Mohamed le berger est devenu Mohamed le prophète. La nuit où Mohamed, fils d’Abdullah, est devenu Mohamed, le Messager d’Allah. Mohamed, le mari de Khadijah, est devenu Mohamed al-Mustafa (l’Élu).

Peu à peu vers le monothéisme

Mohamed imite le modèle chrétien de l’envoyé persécuté et incompris. Il sait faire preuve de diplomatie, de gentillesse et de tact en matière tribale, mais il est persistant en termes de droits de Dieu. Son expérience spirituelle l’a convaincu que les anciens rites ne suffisaient plus à exprimer le Divin. Par conséquent, son sermon est religieux d’abord avant d’être social, même si des réformes morales sont nécessaires pour respecter les pauvres. Les structures des clans restent indiscutables, mais elles ne doivent pas rester aux dépens de la communauté religieuse composée de croyants. Dieu Lui-même fera attention au Jour du Jugement pour récompenser chaque individu en fonction de ses œuvres et de ses croyances. Mohamed découvre peu à peu la demande de monothéisme dont le caractère absolu n’a pas encore été démontré. 

Mohamed, Un homme réputé à la Mecque

À l’âge de 35 ans, Mohamed était devenu une personnalité très respectée à la Mecque et avait accueilli ‘Ali dans sa maison. Lorsqu’on lui demanda, selon la tradition islamique, d’arbitrer un différend concernant la tribu qui devait placer la pierre noire sacrée dans l’angle de la Ka’bah nouvellement construite, Mohamed résolu le conflit en posant sa cape sur le sol avec la pierre au milieu et en demandant à un représentant de chaque tribu d’en soulever un coin jusqu’à ce que la pierre atteigne la hauteur appropriée pour être fixée dans le mur.

800px جبل النور مكة
La montagne de la lumière (Jabal al-Nur)

Sa réputation tenait, en partie, à sa profonde religiosité et à l’attention qu’il portait à la prière. Il quittait souvent la ville et se retirait dans le désert pour prier et méditer. De plus, avant l’avènement de sa prophétie, il recevait des visions qu’il décrivait comme étant « l’apparition de la lumière de l’aube ». C’est pendant l’une de ces périodes de retraite, alors qu’il avait 40 ans et qu’il méditait dans une grotte appelée Hira’ dans la montagne de la lumière (Jabal al-Nur) près de La Mecque, que Mohamed a ressenti la présence de l’archange Gabriel et que le processus de la révélation coranique a commencé. 

La période mecquoise 

Mohamed (SWS) a d’abord prêché son message aux membres de sa famille, puis à quelques amis, et enfin, trois ans après l’avènement de la révélation, au grand public. Les premiers à accepter l’appel de Mohamed à devenir musulmans furent Khadijah, ‘Ali, Zayd ibn al-Harith, qui était comme un fils pour le Prophète, et Abu Bakr, un membre vénérable de la communauté mecquoise qui était un ami proche du Prophète. Outre sa famille et ses amis, un certain nombre de Mecquois éminents embrassèrent l’islam. 

Cependant, la plupart des personnalités et des familles influentes ont rejeté son appel, en particulier celles qui étaient actives dans le commerce. Ces opposants craignaient que la nouvelle religion, fondée sur l’unicité de Dieu et opposée sans équivoque à l’idolâtrie, ne détruise la position privilégiée de la Ka’bah en tant que centre des cultes religieux de diverses tribus arabes et ne compromette ainsi le commerce qui accompagnait le pèlerinage à La Mecque pour adorer les idoles conservées dans ou sur la Ka’bah. À mesure que le message de Mohamed se répandait, l’opposition à son égard s’intensifie et est dirigée par ‘Amr ibn Hisham, surnommé Abu Jahl (Père de l’ignorance) par les premiers musulmans. Abu Jahl fit même torturer certains des premiers convertis, ce qui entraîna la mort de l’un d’entre eux, Sumayyah. Mohamed lui-même, indemne grâce à la protection de sa famille et surtout de son oncle Abu Talib, donna alors la permission à un certain nombre de premiers disciples d’émigrer temporairement en Abyssinie, où le monarque du pays, le négus, les accueillit avec bonté et générosité.

L’impact de la mort de Khadijah et de son oncle Abu Talib

En 619, Mohamed (SWS) fut très attristé par la mort de deux personnes qui lui étaient particulièrement proches, Khadijah et son oncle Abu Talib. La mort d’Abu Talib, le protecteur de Mohamed, a créé une situation beaucoup plus difficile pour lui et pour la jeune communauté islamique de La Mecque. Ces décès, combinés au manque de succès de Mohamed dans la propagation du message de l’islam dans la ville de Ta’if, mirent à rude épreuve sa détermination et sa résolution. 

Durant cette période extrêmement difficile, Mohamed (SWS) a vécu l’expérience spirituelle suprême de sa vie. Lors d’une de ses visites nocturnes à la Kaaba, il s’est endormi dans le Hijr, un sanctuaire non couvert rattaché au mur nord de la Kaaba, et a vécu l’ascension nocturne (Isra’ ou Mi’raj) : Mohamed (SWS) a été emmené par l’archange Gabriel sur le destrier ailé Buraq à Jérusalem. Depuis le rocher sur lequel Abraham offrit de sacrifier son fils (aujourd’hui le site du Dôme du Rocher), ils s’élevèrent à travers tous les états supérieurs de l’être jusqu’à la Présence divine elle-même. Mohamed (SWS) aurait reçu le trésor suprême de la connaissance alors qu’il se tenait debout, puis prosterné devant le trône divin. Dieu lui a également révélé la forme et le nombre définitifs des prières quotidiennes islamiques. 

L’établissement de l’Islam à Médine

Vers 621, une délégation de Yathrib, une ville située au nord de La Mecque, contacta Mohamed (SWS) et, ayant entendu parler de son sens de la justice et de son pouvoir de direction, l’invita à se rendre dans leur ville et à devenir leur chef. À cette époque, Yathrib souffrait d’une lutte constante entre ses deux principales tribus, les ‘Aws et les Khazraj, et une communauté juive assez importante constituait le troisième groupe social de la ville. Finalement, Mohamed (SWS) partit avec Abu Bakr pour Yathrib. Le 25 septembre 622, il accomplit l’Hijrah (« migration » ; en latin : Hégire) et atteint Yathrib, qui sera connue sous le nom de Madinat al-Nabi (Ville du Prophète) ou Médine. Cet événement capital a conduit à l’établissement de l’islam en tant qu’ordre religieux et social et est devenu le point de départ du calendrier islamique. jannat.ul.baqi madina panoramio

La période médinoise 

Lorsque Mohamed (SWS) s’est installé à Médine, ses disciples les plus fidèles étaient ceux qui avaient émigré de la Mecque – certains avant lui et d’autres, dont ‘Ali, peu après. Très vite, cependant, de nombreux Médinois embrassèrent l’islam, si bien que la première communauté islamique se composa des émigrants (al-muhajirun) et des assistants médinois (alansar). Lorsque Mohamed (SWS) a intégré la communauté médinoise – les muhajirun et les ansar et les tribus Mohamed Aws et Khazraj – dans une société islamique, l’inimitié entre la communauté juive de Médine et l’ordre islamique nouvellement fondé s’est accrue. 

Au cours de la deuxième année de l’Hégire, Mohamed (SWS) rédigea la Constitution de Médine, définissant les relations entre les différents groupes de la première communauté islamique. La même année, la direction des prières quotidiennes, ou qiblah, fut changée par ordre divin de Jérusalem à la Mecque, ce qui marqua la cristallisation claire de l’islam en tant que religion monothéiste distincte.

Les premières batailles 

L’inimitié entre les Quraysh et Mohamed restait très forte, en partie à cause des persécutions, des agressions et des confiscations de biens dont les musulmans étaient victimes de la part des Quraysh. À plusieurs reprises, des guerriers de Médine interceptèrent des caravanes mecquoises en provenance ou à destination de la Syrie, mais Mohamed (SWS) ne voulait pas livrer bataille contre les Mecquois avant qu’ils ne marchent contre la communauté médinoise naissante et ne menacent l’avenir même de l’Islam. 

En 624, une armée de 1 000 hommes rassemblée par les Quraysh marcha contre Médine et rencontra une force beaucoup plus petite de 313 musulmans à un endroit appelé Badr, le 17e jour du mois de Ramadan. Bien que largement inférieurs en nombre, les musulmans remportent une victoire remarquable au cours de laquelle, toutefois, neuf des Compagnons du Prophète (al-sahabah), les proches collaborateurs de Mohamed (SWS) et les fidèles qui lui étaient directement associés, furent tués. 

Lors de la septième année de l’Hégire (628-629)

Durant cette période, la première conquête de Mohamed a lieu lorsque les musulmans s’emparent de Khaybar au cours d’une bataille dans laquelle la vaillance de ‘Ali joue un rôle important. Les juifs et les chrétiens de Khaybar sont autorisés à vivre en paix, protégés par les musulmans, mais ils doivent payer un impôt religieux appelé jizyah. Cette mesure a servi de modèle pour le traitement ultérieur des gens du Livre dans l’histoire de l’Islam.

Ainsi, Mohamed (SWS) a finalement effectué un pèlerinage à la Mecque et a réconcilié les membres de sa famille ainsi qu’un grand nombre de ses disciples. C’est également au cours de ce pèlerinage qu’un certain nombre d’éminents Mecquois – dont deux grandes figures militaires et politiques, Khalid ibn Walid et ‘Amr ibn al-‘As – embrassent l’islam. Pendant ce temps, l’islam continue de se répandre dans toute l’Arabie, bien que les expéditions militaires vers le nord ne soient pas couronnées de succès.

Traité d’Al-Hudaybiyya

En 628-629, les Quraysh rompirent le pacte conclu à Al-Hudaybiyah, libérant Mohamed (SWS) pour qu’il marche sur La Mecque, ce qu’il fit avec un groupe important d’ansar, de muhajirun et de Bédouins. Les Quraysh ont demandé l’amnistie, qui leur a été accordée. Mohamed (SWS) se rendit directement à la Ka’bah, où il ordonna à ‘Ali et à Bilal, l’abyssin qui appelait à la prière (al-mu’adhin), d’enlever toutes les idoles et de restaurer la pureté originelle de la Ka’bah, qui, selon les musulmans, a été construite par Abraham comme la maison du Dieu unique. Tous les Mecquois ont alors embrassé l’islam.

L’islamisation de l’Arabie 

En 630-631, des ambassades de toute la péninsule arabique arrivèrent à Médine pour accepter l’islam. À cette époque, la majeure partie de l’Arabie, à l’exception du nord, s’était unie sous la bannière de la religion. Mohamed (SWS) a donc marché avec une grande armée vers le nord jusqu’à Tabuk, mais n’a pas engagé l’ennemi. Néanmoins, les juifs et les chrétiens de la région se soumirent à son autorité, après quoi Mohamed (SWS) garantit à nouveau leur sécurité personnelle et leur liberté de pratiquer leur religion, comme il l’avait fait pour les zoroastriens de l’Arabie orientale. À cette époque également, les tribus arabes païennes du nord, ainsi que d’autres régions, embrassèrent l’islam.

Enfin, en 632, Mohamed (SWS) effectue le premier pèlerinage islamique à La Mecque (al-hajj), qui reste aujourd’hui encore le modèle pour les millions de musulmans qui font le hajj chaque année. À cette occasion, il a prononcé son célèbre sermon d’adieu et le dernier verset du Coran a été révélé. Sur le chemin du retour de La Mecque, il s’arrêta avec son entourage à un étang appelé Ghadir Khumm où, selon des sources sunnites et chiites, il nomma Ali comme exécuteur de ses dernières volontés et comme son wali, un terme qui signifie « ami » ou « saint » et qui décrit également une personne qui possède une autorité.

pexels shams alam ansari 4118038
Pèlerinage islamique à La Mecque

La dernière prédication de Mohamed 632 EC

La mission de Mohamed est accomplie et sa vie touche à sa fin. Pendant l’année 632 EC, Mohamed fait le pèlerinage et prononce son dernier sermon devant plus de 100.000 personnes.

Son discours rappelle aux gens la croyance en un seul Dieu, la sacralité de leur vie et de leur biens, l’égalité de toutes les races, les règles de la justice, les droits des femmes et la morale.

Décès du prophète Mohamed à 62 ans à Médine

À la fin du printemps 632, Mohamed (SWS), qui envisageait une autre expédition vers le nord, tombe soudainement malade et, selon la tradition, meurt trois jours plus tard, le 8 juin 632. Le corps du Saint Prophète fut baigné et déposé dans la chambre de A’isha, qu’Allah soit satisfait d’elle, où il était mort. Le lendemain matin, les habitants de Médine sont venus le visiter et prier sur sa tombe. Le soir, les derniers rites furent accomplis et le corps fut enterré dans une tombe creusée dans la chambre de A’isha, à l’endroit même où le Saint Prophète avait rendu son dernier soupir. Plus tard, lorsque Abu Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui, mourut, il fut enterré dans la même chambre et, en temps voulu, Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, également.

Conclusion

Mohamed était un homme doté d’une vision et d’un talent administratif exceptionnels qui commandait également des armées de combat avec une habileté et un charisme incroyables sans expérience préalable. Il a subi de nombreux tests pour diffuser son message selon lequel il devait croire que c’était la vérité que Dieu lui avait donnée. Mohamed était un leader charismatique, un grand professeur et l’exemple parfait pour les musulmans de la meilleure façon de servir Allah. Il considérait la famille (mari, femme, enfants et famille élargie) comme l’unité de base d’une société bienveillante où l’on apprend la morale et où la foi peut être maintenue. Mohamed a continué à diriger sa communauté, tant sur le plan spirituel que sur le plan terrestre, jusqu’à sa mort.

Pour en savoir plus…

Il y a beaucoup de récits et de textes historiques, de biographies qui racontent l’histoire du prophète. Mais pour mieux comprendre l’histoire de cette figure historique, il ne faut pas se contenter des études actuelles, mais s’aventurer dans le passé, et il y a beaucoup d’informations anciennes qui ont existé à travers les siècles, qui plongent plus profondément dans les origines et les aspects de la vie de Mohamed. L’un des plus connus est le livre intitulé « As-Sîra, la biographie du prophète Mohamed : Les débuts de l’Islam » par L’auteur Ibn Kathîr. »

Cette œuvre attrayante et captivante remonte à l’histoire bien avant la naissance du prophète, passant par l’histoire des Arabes, leurs croyances polythéistes anti-islamiques, leurs célèbres personnalités et coutumes. L’auteur cite ensuite les événements de chaque année jusqu’à la mort du prophète Mohamed. Ainsi Cet ouvrage qui a été traduit dans de nombreuses langues à travers le monde, examine la vie du fondateur de la religion musulmane, en se référant a un ensemble de chapitres et versets de l’islam, montrant Mohamed à son image véritable, non seulement pour les Occidentaux mais aussi pour toutes les sociétés musulmanes.

Vous trouverez également des lettres expliquant les grands événements et les messages que le Prophète (SWS) a envoyés aux rois et aux émirs de son époque.

L’auteur Ibn Kathîr était un passionné de science depuis sa plus tendre enfance. Ses œuvres précieuses témoignent de son ancrage dans la science, dans le hadith, l’histoire et la jurisprudence. Cependant, c’est en tant qu’historien et traditionaliste, qu’il devint célèbre. Les savants parmi ses contemporains de même que ceux qui sont venus après lui ont témoigné à ce sujet. Eddahabî l’a décrit ainsi : « Il est un juriste (faqîh) affirmé, un traditionaliste excellent et un exégète critique, qui possède des œuvres importantes. »

 

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email