Skip to content

Vasily Vladimirovich Bartold et l’islam

Vasily Vladimirovich Bartold et l’islam

BARTHOLD, VASILIĭ VLADIMIROVICH, orientaliste russe (1869-1930). Il est né le 15 novembre 1869 à Saint-Pétersbourg, dans une famille allemande russifiée.

L’impact le plus important de l’Islam sur l’histoire a été culturel ; pourtant, cet aspect de l’histoire islamique a été négligé par rapport à l’histoire politique et judiciaire.

V.V. Bartold, a été l’un des premiers chercheurs à projeter la culture musulmane.

Dans cet univers, Bartold donne la primauté à la clarté et à l’organisation de la connaissance.

Bartold compare la position de l’islam dans l’histoire du monde à la position du christianisme en tant que force culturelle dans le monde romain et oriental.

Le point de vue russe de Bartold a fait de lui un spécialiste de l’islam en Asie centrale.

Qui est BARTHOLD, VASILIĭ VLADIMIROVICH

BARTHOLD, VASILIĭ VLADIMIROVICH, orientaliste russe (1869-1930). Il est né le 15 novembre 1869 à Saint-Pétersbourg, dans une famille allemande russifiée ; son nom de baptême était Wilhelm, qu’il utilisa dans ses ouvrages publiés dans les langues d’Europe occidentale.

Entre 1887 et 1891, il étudie à la faculté des langues orientales de l’université de Saint-Pétersbourg, principalement sous la direction du célèbre arabisant russe Victor Rosen, et se spécialise dans l’histoire du Moyen-Orient.

Après avoir obtenu son diplôme, il passe deux ans en Europe occidentale, voyageant, étudiant les manuscrits orientaux et assistant aux conférences d’August Müller et d’Eduard Meyer à Halle et de T. Nöldeke à Strasbourg. En 1913, il est élu académicien de l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg, qui deviendra plus tard l’Académie des sciences de l’U.R.S.S. Il a vécu toute sa vie à Saint-Pétersbourg/Leningrad, voyageant fréquemment en Asie centrale, dans le Caucase, en Europe occidentale et au Moyen-Orient (Turquie et Égypte). Il a donné des conférences aux universités de Moscou, Tachkent (1925, 1927), Bakou (1924), Istanbul (1926) et Londres (King’s College, 1923).

Il est dit qu’une fois devenu doyen de la faculté, il a insisté pour que toute personne se préparant à un poste d’enseignant dans sa faculté complète sa formation en Occident » (Schimmelpenninck 2011, 40). On sait que sous l’influence de son professeur Grigoryev,  » Rozen s’est transformé en un nationaliste russe étatiste qui acceptait que l’érudition serve les intérêts de la nation  » (Schimmelpennennck 2011, 40).

Vers le monde des études islamiques

Dans le cas de Bartold, tout au long de sa vie, son parcours académique lui a permis d’être plus exposé au monde oriental, d’apprendre de nombreuses sciences connexes et de produire des textes similaires. La production scientifique de Barthold a été énorme : depuis la publication de son premier article en 1892 jusqu’à sa mort, il a publié 670 ouvrages (dont 247 articles dans l’Encyclopédie de l’Islam), et 14 de ses ouvrages ont été publiés à titre posthume ; une douzaine d’ouvrages qu’il avait préparés pour la publication sont toujours conservés sous forme de manuscrits dans ses archives. Il avait une excellente formation philologique et une connaissance approfondie des trois langues « classiques » du monde islamique, l’arabe, le persan et le turc. Il accordait une grande attention à l’interaction des divers éléments culturels qui, selon lui, ont façonné l’histoire de l’Asie centrale, notamment les anciennes civilisations iranienne, turco-mongole nomade et islamique. Pour Barthold, l’étude de ces trois civilisations avait également une importance propre, et il a consacré un grand nombre d’ouvrages à l’iranologie, la turcologie et l’islamologie.

Sa contribution à l’étude du monde ottoman

En 1894, Barthold commence à publier ses articles sur l’Islam, tels que « L’Islam contemporain et ses missions », et « La science islamique à la Mecque »,

qu’il publie l’année suivante, et six ans plus tard, il se consacre à l’étude des sources islamiques dans l’histoire et la pensée, sans se limiter aux clichés. Ou les jugements rigides qui étaient répandus à l’époque parmi les orientalistes européens sur l’Islam et les Arabes et l’atmosphère brûlante qui affectait l’arriération de ces peuples. Barthold a publié son étude « Idées théocratiques et autorité urbaine dans l’État islamique ».

Dans cette étude, Barthold abordait la structure intellectuelle et idéologique du concept d’autorité dans l’Islam depuis l’époque du califat Rashidun jusqu’aux moments de faiblesse ottomane dont il était le contemporain à la fin du XIXe siècle. Bientôt, orientalistes et chercheurs européens de toutes nationalités s’emparèrent de cette étude pour la traduire dans leurs langues allemande, anglaise, française et même turque. Le talent de Barthold s’est révélé en tant que spécialiste de la culture et de la civilisation islamiques, puis il a commencé à publier ses articles sur les peuples d’Asie centrale et leur histoire sous l’islam. Ces études et articles n’étaient pas moins sobres et bien informés que leurs prédécesseurs.

Décoder le sens des mots arabes

Le dilemme du pouvoir dans l’islam médiéval, de sa nature et de ses manifestations est au centre des préoccupations des chercheurs depuis plus d’un siècle et a produit une littérature abondante.

La langue arabe, si riche et si variée, a fait l’objet de nombreuses critiques au cours de l’histoire, principalement parce qu’elle est la langue du Coran et donc de l’Islam. Au fil des années, d’autres langues en ont dérivé, par exemple le turc. Beaucoup de termes turcs sont similaires à des mots arabes, comme le terme sultan. Le mauvais usage de ces mots peut donner une fausse image de leur signification, créant ainsi un dilemme, une question que Bertold a décidé d’aborder.

Dans un article fondateur, publié à l’origine en russe en 1912, mais traduit en anglais en 1963, Vasily Vladimirovitch Bartold a jeté les bases de telles questions.Pour étudier l’histoire politique du monde musulman en la retirant de ce que dit le « biais » des auteurs médiévaux, il a suggéré une brève synthèse dédié à la « plus haute puissance » du pays de l’Islam, c’est-à-dire le pouvoir califat, puis le pouvoir sultan. Il s’est concentré sur la période comprise entre le septième et le onzième siècle et était particulièrement sensible aux événements qui ont conduit à la formation de la figure du sulṭān par rapport à celles du calife et la montée de cet empire.

Bartold au sujet de l’intolérance de Cromer

Cromer un politicien et professeur britannique a fait partie du groupe de penseurs médiévaux qui avait toujours exagéré leurs hostilités à l’égard de l’Islam et de son héritage, il trouve que le Haut Commissaire des Anglais et le maître absolu de l’Egypte pendant un bon quart de siècle.

Dans son livre « THE INFLUENCE OF BRITISH EARL OF CROMER ON THE EDUCATIONAL SYSTEM IN EGYPTE (1883 – 1907) », l’auteur Dr. Yossi Mamman explique la position de Cromer sur l’islam et l’éducation islamique :

La population égyptienne était fidèle à la tradition islamique, et l’attitude de Cromer à l’égard de l’Islam était loin d’être positive, et il refusait de croire que l’Islam permettait des réformes séculaires et donc le changement. Pour lui, le principal objectif de l’Islam était d’acquérir des connaissances sur la religion de Mahomet, et tout ce qui allait au-delà était considéré comme inutile, voire dangereux. Un islam avec des réformes n’est pas l’islam, et il ne fait aucun doute que dans les sociétés primitives, on pouvait bénéficier du bénéfice du doute en choisissant de croire en l’islam.

Barthold a révélé que Cromer était très intolérant envers l’Islam et les peuples orientaux, et qu’il ne voulait pas aborder la distinction dans les facteurs historiques, sociaux et économiques. Une chose qui a contribué à la diffusion de la civilisation et de la culture arabes, et leur grand rôle parmi les peuples qui sont entrés dans l’Islam, ainsi que les raisons scientifiques qui ont conduit à la stagnation et au retard de cette civilisation.

En effet, Barthold a développé la critique d’autres orientalistes européens qui ont écrit sur l’Islam d’une manière injuste et fanatique,

comme le père français Lamens, qui a essayé à travers sa focalisation sur le facteur géographique et les changements climatiques de prouver certaines idées racistes, comme celles qui disent l’inactivité de l’esprit islamique oriental, et son amour et son attachement aux traditions et aux idées héritées depuis les temps anciens, et l’incapacité des gens vivant dans le climat chaud du désert à créer et innover.

Les fruits de l’expansion arabe

Bartold a prouvé qu’avec l’expansion des Arabes et la prospérité de leur commerce, ils ont inventé de nombreuses théories scientifiques en chimie, algèbre, science nautique et autres.

Barthold a prouvé le mensonge et la prétention de ce prêtre français fanatique, car il a prouvé qu’avec l’expansion des Arabes et la prospérité de leur commerce, ils ont inventé de nombreuses théories scientifiques en chimie, algèbre, science nautique et autres, et que leur traversée des mers et des déserts leur a fait maîtriser la connaissance de la géographie astronomique, de sorte qu’ils ont inventé les premiers observatoires du monde, à Samarkand, Damas, Bagdad et Le Caire, et Barthold a vu que la méthodologie occidentale pour traiter de l’histoire et de la civilisation occidentale est très mauvaise ; Parce qu’elle ne tient pas compte de la méthode scientifique basée sur la lecture correcte des sources originales. Elle se base plutôt sur des modèles et des conclusions rigides élaborés par les anciens pères de l’orientalisme, et depuis des décennies, elle fait l’objet d’une sanctification et d’axiomes inévitables !

Sa contribution à la clarification des interprétations erronées et des malentendus sur l’Islam

Dans son livre « Civilisation islamique », Barthold a suivi sa nouvelle approche scientifique, qui a révolutionné le domaine de l’orientalisme occidental dans son traitement de l’histoire islamique, qui n’est pas de négliger les facteurs sociaux et économiques et le développement historique de la civilisation islamique, avec la nécessité de s’appuyer sur des sources originales, et non sur des opinions statiques qui ne présentent pas la vérité. Il s’agit plutôt de mensonges et de tromperies.

Les orientalistes occidentaux avaient l’habitude de dire que les Arabes ont forcé les non-Arabes à se convertir à l’Islam et à apprendre l’arabe pendant et après les conquêtes en Asie et en Afrique du Nord, et Barthold réfute ce mensonge dans son livre « Histoire de la civilisation islamique », en raison de ce que ces peuples ont vu du développement spirituel et linguistique des Arabes, et en raison du Coran. Celui-ci est en langue arabe, et que la langue arabe était une langue développée à l’époque, et les peuples non arabes l’ont regardé de ce point de vue, et il n’y a aucune preuve de cela à partir de l’entrée des Mongols dans l’Islam et ce sont eux qui ont vaincu les musulmans militairement, mais ils ont rapidement condamné cette civilisation avancée.

Son rôle dans la reconnaissance des progrès scientifiques des musulmans.

Et comme Barthold reconnaît les progrès scientifiques des musulmans et en donne de multiples exemples, il reconnaît leurs progrès dans l’administration, la guerre et la politique, en disant : « Le progrès des musulmans dans la civilisation a commencé dans les systèmes étatiques comme il a commencé dans la gestion de la guerre et des temps de paix, et les philosophes étaient au courant des théories politiques de Platon et d’Aristote, et Al-Farabi a classé parmi eux. Un livre sur la politique ».

Barthold dénie également à la civilisation islamique la méchanceté de l’esclavage dans sa signification odieuse,

et le différencie de l’esclavage de l’Occident, en décidant que « l’esclavage lié à la terre (le serf) n’a peut-être jamais existé dans les royaumes islamiques, car personne n’a empêché les agriculteurs de quitter leurs terres, tout comme les propriétaires des terres étaient Ils peuvent prendre leurs terres des fermes pour les louer à un autre agriculteur qui paie plus, mais le système de féodalité comme une récompense ou un don a augmenté dans les pays islamiques et s’est beaucoup répandu, mais il n’a pas été annulé, et beaucoup l’ont appliqué comme l’Europe au Moyen Age, et en Russie au neuvième siècle dix, il a été plutôt coupé par lui-même.

Quant à ce que Barthold a ajouté à son livre « La civilisation islamique » au-dessus de son équité, et de sa patience à contempler les phases de cette civilisation, il a traité du rôle de la race turque et perse dans le développement de cette civilisation. Les orientalistes de son temps avaient l’habitude d’aborder le rôle des Arabes et des peuples nord-africains des Berbères et autres sans s’intéresser beaucoup à l’élément turc. Et le Persan dans le cours de cette civilisation et son développement dans les domaines de la culture, de la pensée et de la guerre.

Sa contribution à l’étude de l’histoire et de la culture de l’Iran

Dans les années 1920, Barthold a publié des études générales sur l’histoire des Tadjiks (1925 ; tr. anglaise, J. M. Rogers, Afghan Studies 3-4, 1982), des Kirghizes (1927) et des Turkmènes (1929), ainsi que ses « Douze conférences sur l’histoire des Turcs d’Asie centrale » (publiées pour la première fois en turc en 1927, traduites en allemand en 1935 et en français en 1945 ; l’original russe a été publié en 1968, dans Sochineniya V). Ce dernier ouvrage reste, à bien des égards, une étude générale inégalée de l’histoire médiévale des peuples turcs, qui est également d’une grande valeur pour les iranologues.

La contribution de Barthold à l’étude de l’histoire et de la culture de l’Iran et à la philologie iranienne est également importante. Son Étude historico-géographique de l’Iran, publiée en 1903 (Sochineniya VII, pp. 31-225 ; traduction anglaise en 1984, voir ci-dessous), est toujours la seule étude de ce type ; dans cet ouvrage, Barthold examine systématiquement les preuves archéologiques et littéraires disponibles sur chaque province historique de l’Iran, de l’Antiquité à l’époque moderne. Le terme Iran est compris dans cet ouvrage dans un sens plus large, comme l’ensemble des régions du Moyen-Orient habitées par des peuples parlant des langues iraniennes, de la Mésopotamie à l’Indus (à l’exclusion de l’Asie centrale, que Barthold appelle plus souvent le Turkestan). L’ouvrage de Barthold intitulé « Iran : A Historical Survey » (1926 ; voir Sochineniya VII, pp. 229-334 ; traduction anglaise publiée en 1939 à Bombay) constitue une excellente introduction générale aux études iraniennes, abordant la place de l’Iran et de la culture iranienne dans l’histoire mondiale, la géographie et l’ethnographie de l’Iran, la littérature historique en persan (probablement la meilleure étude concise du sujet disponible jusqu’à présent), ainsi que l’étude européenne et russe de l’Iran et de la culture iranienne. Outre ces deux monographies, Barthold a consacré plus de vingt articles (sans compter ceux de l’Encyclopédie de l’Islam) à l’étude de divers problèmes de l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Iran. Parmi ceux-ci, il faut noter « On the History of the Persian Epic » (1915, voir Sochineniya VII, pp. 383-408 ; traduit en allemand dans ZDMG 98, 1944, pp. 121-57), où il prouve l’origine est-iranienne de la poésie épique persane.

Un homme dont on se souviendra

issu de la même école des grands connaisseurs, nous pouvons voir à travers son œuvre, que bertold n’avait presque aucun doute sur l’intégrité de l’islam, il admirait la société islamique, et la langue arabe, il portait une attention particulière au vocabulaire et la grammaire dans le dictionnaire arabe. Les occurrences de son nom et de ses contributions sont particulièrement notables dans de nombreuses études islamiques à l’échelle internationale. Pour cela il reste dans notre mémoire faisant partie d’un ensemble des grandes savants qui ont défendu l’islam et muhammad.

En l’an 1931 après J.-C., le grand orientaliste Barthold mourut à l’âge de soixante et un ans après une biographie scientifique remplie d’études sur l’Islam, son histoire et ses peuples, une biographie qui se caractérise par une énorme production scientifique, et par la rareté et l’exploit de l’équité envers la civilisation islamique parmi les orientalistes de son temps, avec une critique consciente des mythes et des mensonges de l’orientalisme occidental, ainsi que sur ses études discrètes des aspects restés obscurs de cette histoire, en particulier sur l’histoire du Turkestan et des peuples d’Asie centrale, et ses études et ses travaux sont encore d’une grande importance et d’un grand prestige près d’un siècle après sa mort ! Il fut en effet un grand penseur qui a eu un impact international sur le monde.

Ses travaux

  • En anglais Ulugh-Beg, Leyden, 1958
  • En allemand « Ulug Beg und seine Zeit ». In Abhandlungen fur die Kunde des Morgenlandes 21, No. 1, Leipzig:Brockhaus 1935, ISSN 0567-4980 Trans. Walther Hinz
  • En russe « Улугбек и его время » Ulugh-Beg Leyden: 1918
    Mussulman Culture, 1934.En anglais
  • En russe История культурной жизни Туркестана Москва: Изд. Академии наук СССР 1927
  • En anglais An Historical Geography of Iran Princeton: Princeton University Press 1984 translated by Svat Soucek; edited by C.E. Bosworth
  • En anglais, manuscrit « A Short History of Turkestan » 1920. In Four Studies on the History of Central Asia Leiden: E.J. Brill 1956 Trans. V. & T.Minorsky – Substantial excerpts of vol. 2, 1962
  • En russe Собрание сочинений Москва: Издательство Восточной литературы 1963-77 9 Vols. – travaux complets
  • Turkestan Down to the Mongol Invasion London: Luzac & Co 1928 Trans. T. Minorsky & C.E. Bosworth en anglais
  • En russe Работы по исторической географии Москва: Изд. фирма « Восточная литература » РАН 2002
  • En russe Отчет о поездке в Среднюю Азию с научною целью С.Пб.: Тип. Имп. Академии Наук 1897

Bibliographie:

V. V. Bartold, Sochineniya (Col­lected works), vols. I-IX (vol. II in two parts), Moscow, 1963-77.

Une bibliographie complète annotée des œuvres publiées de Barthold et une description de ses archives conservées à Leningrad se trouvent dans un volume contenant deux ouvrages : I. I. Umnyakov, Annotirovannaya bibliografiya trudov akademika V. V. Bartol’da, et N. N. Tumanovich, Opisanie arkhiva akademika V. V. Bartol’da,Moscou, 1976 ; revue par Yu. Bregel, « La bibliographie des œuvres de Barthold et la censure soviétique », Enquête 24/3, 1979, pp. 91-107.

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email