Skip to content

Thomas Carlyle « Comment il a fait des bédouins errants la nation la plus puissante et civilisée »

Thomas-Carlyle--3

Au milieu du XIXe siècle, apparaît un auteur occidental qui, plus que tout autre, surprend les auteurs de seerah (description de la vie du Prophète) musulmans de l’époque moderne. Il s’agit de Sir Thomas Carlyle, un auteur écossais britannique dont l’œuvre a suscité un grand intérêt, d’abord chez les musulmans de l’Inde britannique, puis dans le reste du monde musulman.

En effet, son influence sur les auteurs musulmans de la seerah peut être entrevue même aujourd’hui, chaque fois que la seerah moderne se charge de la rédaction d’écrits impartiaux sur la vie du prophète Mahomet par des orientalistes occidentaux.

Depuis sa publication, le portrait du prophète Mahomet par Carlyle a été largement cité dans les écrits de la seerah musulmane moderne, où il est cité comme un exemple de voix occidentale « juste ou honnête » au milieu de l’assaut occidental anti-Muhammad et anti-islamique.

Muhammad est un prophète héroïque

L’ouvrage de Carlyle « On Heroes, Hero-Worship and the Heroic in History » (Les Héros, Le Culte Des Héros Et l’Héroïque Dans l’Histoire) est un recueil de six conférences prononcées à Londres vers l’an 1040 sur onze héros.

Cet ouvrage comprenait des titres généraux tels que « Le héros en tant que divinité », « Le héros en tant que poète », « Le héros en tant que prêtre », etc. Sous le titre « Le héros en tant que prophète », Carlyle choisit le prophète Mahomet et procède, dans la meilleure tradition de l’historiographie romantique européenne, à une analyse du « grand homme » à déceler dans sa personne et sa mission.

les héros carlyle thomas
Les Héros, Le Culte Des Héros Et l’Héroïque Dans l’Histoire

Presque immédiatement, l’obsession de l’intérêt de Carlyle le conduit à écarter d’emblée toute discussion anti-islamique sur le prophète Mahomet.

Bien que ces accusations aient été soulevées par presque tous les orientaux, un jugement libre et juste de Carlyle décrète que toutes ces accusations sont indéfendables. Et il a exprimé son point de vue sur la façon dont Dieu pourrait ainsi égarer les millions de personnes qui le vénèrent et suivent sa religion.

Comme tous les autres grands hommes, le prophète Mahomet était « sincère » et « original », désigné ainsi par une force mystérieuse appelée « Nature », du sein de laquelle cet « homme ardent » a été projeté.

Son « grand cœur enflammé » a donné naissance à un message de reniement de soi que toute l’humanité peut embrasser, y compris « nous », c’est-à-dire le public britannique de Carlyle.

Le prophète Mahomet a-t-il propagé sa religion par l’épée ? Selon Carlyle, le christianisme n’a pas exactement dédaigné l’épée lorsqu’il en a acquis une.

Muhammad – Le plus grand professeur de tous les temps !

Carlyle évoque le fait que le prophète Mahomet était analphabète, il écrit :

« Il y a une autre circonstance que nous ne devons pas oublier : il n’a pas eu d’apprentissage scolaire.
Il n’avait pas d’éducation scolaire, pas du tout de ce que nous appelons l’éducation scolaire. »

« L’art de l’écriture venait à peine d’être introduit en Arabie ; il semble que l’opinion vraie soit que Mahomet n’a jamais su écrire  ! La vie dans le désert, avec ses expériences, fut toute son éducation. »

« Ce que, de son univers infini, il a pu saisir, de sa place obscure, avec ses propres yeux et ses propres pensées, tant il est vrai qu’il y avait de choses à apprendre.
De ses yeux et de ses pensées, il n’en savait pas plus. Il est curieux, si l’on veut bien y réfléchir, de ne pas avoir de livres. »

« À l’exception de ce qu’il pouvait voir par lui-même, ou entendre par une rumeur incertaine dans l’obscur désert d’Arabie, il ne pouvait rien savoir. »

« La sagesse qui l’avait précédé ou qui était à distance de lui dans le monde était, d’une certaine manière, aussi bonne que si elle n’existait pas pour lui. »

« Parmi les grands frères d’âme, phares de la flamme à travers tant de terres et de temps, personne ne communique directement avec eux, personne ne communique directement avec cette grande âme. Elle est seule là, au plus profond de la nature sauvage ; il doit grandir ainsi, seul avec la Nature et ses propres pensées. »

La belle conduite du prophète Muhammad avec son épouse

« Comment il se plaça auprès de Khadijah, une riche veuve, comme son intendant, et voyagea dans ses affaires, encore aux foires de Syrie ;

Comment il a géré tout cela, comme on peut bien le comprendre, avec fidélité et habileté ;

Comment sa gratitude et son estime pour lui ont grandi : l’histoire de leur mariage est tout à fait gracieuse et intelligible, telle que nous la racontent les auteurs arabes.

Il avait vingt-cinq ans, elle en avait quarante. Il semble avoir vécu dans une ambiance très affectueuse, paisible, saine, avec cette bienfaitrice épousée ; Il l’aimait vraiment, et elle seule.

Cela va grandement à l’encontre de la théorie de l’imposteur, le fait qu’il ait vécu dans de cette manière tout à fait ordinaire, tranquille et banale, jusqu’à ce que la chaleur de ses années soit terminée. »

Les mensonges sur le prophète Mahomet doivent cesser

Carlyle dit :

« Notre hypothèse sur Mahomet, à savoir qu’il était un imposteur intrigant, un mensonge incarné, que sa religion n’est qu’un amas de charlatanerie et de fatuité, commence réellement à être insoutenable pour quiconque.

Les mensonges que le zèle bien intentionné a entassés autour de cet homme ne sont honteux que pour nous. Il est vraiment temps d’écarter tout cela.

La parole que cet homme a prononcée a guidé la vie de cent quatre-vingts millions d’hommes au cours de ces douze cents ans [Carlyle écrivait cela au dix-neuvième siècle].

Un plus grand nombre de créatures de Dieu croient en la parole de Mahomet à cette heure, qu’à n’importe quelle autre parole. »

L’essai de Carlyle sur le prophète Mahomet est la première affirmation forte dans toute la littérature européenne de la période moderne, d’une croyance dans la sincérité du Prophète Muhammad.

Carlyle n’était pas musulman, mais il a reconnu des vérités dans le Coran

Il y a des gens de connaissance et de compréhension qui ont reconnu dans leurs livres qu’ils sont humbles devant le Coran, et Thomas Carlyle est l’un d’entre eux. Carlyle a déclaré :

« Bien que je ne croie pas en sa religion, je ne peux pas nier ou parler de manière blasphématoire des versets forts du Coran. »

Pourquoi fait-il, après 14 siècles depuis la révélation du Coran, un tel aveu ? Parce qu’il est un expert en éloquence, un homme sage et qu’il maîtrise la question ; ainsi, lorsqu’il regarde le Coran, il se rend compte de l’importance de ce livre. Ou encore, le célèbre britannique Thomas Carlyle, qui a vécu au 19e et au début du 20e siècle, a écrit un livre sur le Coran dans lequel il parle de la vérité du Coran en détail.

Il n’est ni musulman, ni chrétien, mais comme il est un homme de connaissance et de compréhension, lorsqu’il regarde les vérités du Coran et la solidité des versets de ce livre, il comprend que ces vérités ne proviennent pas de l’esprit humain limité et sont donc indéniables. C’est le miracle éternel du Coran et l’éternité des miracles du Coran.

Quelques citations de Carlyle sur le prophète Muhammed et l’islam

« Ces Arabes, l’homme Mahomet, et ce seul siècle, – n’est-ce pas comme si une étincelle était tombée, une seule étincelle, sur un monde de ce qui s’avère être une poudre explosive, flamboie au ciel de Delhi à Grenade ! J’ai dit que le Grand Homme était toujours comme un éclair sorti du Ciel ; le reste des hommes l’attendait comme un combustible, et alors eux aussi s’enflammaient. »

Thomas Carlyle (1864). « Sartor Resartus », p.242

« Nous ne devons pas prendre conseil avec la chair et le sang ; ne pas prêter l’oreille à de vaines réflexions, à de vains chagrins et à de vains souhaits ; savoir que nous ne savons rien, que le pire et le plus cruel à nos yeux n’est pas ce qu’il semble être, que nous devons recevoir tout ce qui nous arrive comme un envoi de Dieu en haut, et dire : « C’est bon et sage, – Dieu est grand ! Même s’Il me tue, j’ai confiance en Lui. » L’islam signifie, à sa manière, la négation de soi. C’est pourtant la plus haute sagesse que le ciel ait révélée à notre terre. »

« Un plus grand nombre de créatures de Dieu croient en la parole de Mahomet à cette heure qu’en toute autre parole. Devons-nous supposer qu’il s’agissait d’un misérable tour de passe-passe spirituel, ce qui a permis à tant de créatures du Tout-Puissant de vivre et de mourir ? »

Thomas Carlyle (2016). « Héros et culte du héros : L’historien », p.39

« Comme il n’y a aucun danger que nous devenions, l’un d’entre nous, mahométans (c’est-à-dire musulmans), j’entends dire tout le bien que je peux justement de lui. »

« Comment un homme a-t-il réussi à unir des tribus en guerre, et des bédouins errants, pour en faire la nation la plus puissante et civilisée, en l’espace de moins de vingt ans. »

Qui est Thomas Carlyle ? Un bref aperçu

Sage de Chelsea

Carlyle est né en 1795 dans une famille calviniste écossaise et a fait ses études à l’université d’Édimbourg. Ses parents espéraient qu’il deviendrait un membre du clergé, mais au lieu de cela, il est devenu enseignant. Sa véritable vocation était l’écriture.

Carlyle a réussi grâce à son talent, son réseau et sa confiance en soi. Un de ses premiers projets est une traduction du roman Wilhelm Meister de Johann Wolfgang von Goethe. Il en envoie une copie à Goethe et les deux hommes deviennent correspondants.

goethe (stieler 1828)
Goethe, 1828

L’ambition littéraire conduit Carlyle de l’Écosse à Londres. En 1834, lui et sa femme Jane s’installent à Chelsea, où leur cercle comprend J.S. Mill, Charles Dickens et John Ruskin.

Romancier

Sartor Resartus (1833-4) est aujourd’hui l’une des œuvres les plus connues de Carlyle. Il se moque de l’érudition à travers une introduction fictive à l’histoire du vêtement d’un philosophe allemand.

Humoristique mais profondément sérieux, ce roman encourage la foi rationnelle à une époque de crise religieuse et sa narration inventive est toujours d’actualité.

carlyle french revolution
Histoire de la Révolution française

L’historien

Le chef-d’œuvre de Carlyle est The French Revolution : A History (1837).

Carlyle confie le manuscrit à Mill, dont la femme de chambre brûle accidentellement le premier volume. Dévasté mais déterminé, Carlyle le réécrit de mémoire.

À une époque où les secousses de la Révolution se faisaient encore sentir, le récit de Carlyle a eu un attrait immédiat. Son style saisissant a prouvé que l’histoire pouvait être divertissante.

Conférencier

En 1840, Carlyle a donné une série de conférences sur les héros et l’héroïsme. Dans l’une d’elles, il affirma que l’homme de lettres était « l’âme de l’époque ». Il aurait pu se décrire lui-même.

Les conférences de Carlyle ont donné naissance à la théorie du grand homme, selon laquelle ce sont les individus, et non les forces sociales, qui façonnent l’histoire. Toujours remise en question, cette théorie a été particulièrement démodée après la Seconde Guerre mondiale.

Penseur politique

Les essais de Carlyle portent sur des questions sociales et politiques.

Il s’insurgeait contre l’oppression des travailleurs dans la société industrielle, mais était sceptique à l’égard de la démocratie et nostalgique du féodalisme. Cela peut sembler problématique, mais avait un certain attrait à une époque de changement rapide.

on heroes, hero worship and the heroic in history
Charles Dickens

Carlyle et Dickens

Les œuvres de Charles Dickens sont imprégnées des idées de Carlyle.

Dans David Copperfield (1850), le narrateur se demande s’il sera le héros de son histoire. Hard Times (1854), une diatribe contre le système industriel, est dédié à Carlyle. A Tale of Two Cities (1859) a été inspiré par la Révolution française de Carlyle.

Lire Carlyle aujourd’hui

La prose de Carlyle a toujours eu des admirateurs et des détracteurs. Influencée par l’allemand et le latin, fourmillant de jeux de mots et d’expressions, elle peut sembler élaborée et stridente.

Malgré cela, elle est plus proche du langage de notre discours politique qu’on ne pourrait le croire. Carlyle a inventé des termes désormais familiers, tels que « environnement » et « cash-nexus ».

Un aperçu de la vie de Thomas Carlyle

Début de la vie

Carlyle était le deuxième fils de James Carlyle, l’enfant aîné de son second mariage. James Carlyle était maçon de métier et, plus tard, petit fermier, un homme aux profondes convictions calvinistes dont le caractère et le mode de vie ont eu une influence profonde et durable sur son fils. Carlyle était aussi dévoué à sa mère qu’à ses huit frères et sœurs, et sa forte affection pour sa famille n’a jamais diminué.

Mariage

jane welsh carlyle, ca. 1856
Jane Welsh Carlyle, 1856

Le 17 octobre 1826, Carlyle épouse Jane Welsh, une fille intelligente, séduisante et quelque peu capricieuse d’un médecin aisé de Haddington. Welsh avait été l’une des élèves d’Irving, et elle et Carlyle se connaissaient depuis cinq ans.

Pendant les premières années de leur mariage, les Carlyle vivent principalement à Craigenputtock, dans le Dumfriesshire, et Carlyle contribue à l’Edinburgh Review et travaille sur Sartor Resartus.

Londres

En 1834, après avoir échoué à obtenir plusieurs postes qu’il avait désirés, Carlyle déménagea à Londres avec sa femme et s’installa à Cheyne Row. Bien qu’il n’ait rien gagné par ses écrits depuis plus d’un an et qu’il craigne le jour où ses économies seront épuisées, il refuse tout compromis et commence un ambitieux ouvrage historique, The French Revolution.

Les dernières années de Thomas Carlyleon the choice of books

En 1865, on lui propose le rectorat de l’université d’Édimbourg. Le discours qu’il prononce lors de son installation en avril 1866 n’est pas très remarquable en soi, mais son ton de haute exhortation morale en fait un succès immédiat. Il a été publié en 1866 sous le titre On the Choice of Books. Peu après son triomphe à Édimbourg, à l’âge de 85 ans Jane Carlyle meurt subitement à Londres.

 

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email