Skip to content

Mohamed encourage l’enrichissement par le savoir

dsavoir-des-femmes-2

Mohamed apporte un message de lumière, plein de conseils, qui devient la source d’un progrès scientifique et de civilisation pendant de nombreux siècles.

Tout a commencé avec une révélation divine dont la parole initiale est : « Lis ». En l’espace de quelques dizaines d’années, elle a révolutionné le savoir et toutes les sciences de l’Arabie ainsi que celles du monde entier.

Les mots suivants sont souvent mentionnés dans le Saint Coran : lire, penser, apprendre, observer, découvrir, comprendre, méditer, contempler, voir, réfléchir.

« En vérité, il y a dans la création des Cieux et de la Terre et dans l’alternance de la nuit et du jour tant de signes pour des gens doués d’intelligence qui, debout, assis ou couchés, ne cessent d’invoquer Dieu et de méditer sur la création des Cieux et de la Terre en disant : Seigneur! Ce n’est pas en vain que Tu as créé tout cela ! » Le Coran, 3:190-191

« Il est ainsi des signes sur la Terre pour ceux qui croient avec certitude. Et il en est aussi en vous-mêmes. N’en êtes-vous donc pas conscients ? » Le Coran, 51:20-21

Mohamed enrichit la vie des autres en les encourageant à apprendre et acquérir un savoir utile. Il pousse ses compagnons à utiliser ce savoir pour le bien-être de l’humanité et non pour semer le désordre sur Terre. Il fait le lien entre cette entreprise et la satisfaction de Dieu :

“Dieu rend le chemin du Paradis aisé pour celui qui s’engage sur le chemin du savoir” (Sahih Muslim, 8/71, 2699)

Pendant des siècles, les scientifiques musulmans sont à la pointe des sciences fondamentales et appliquées. La langue du Coran, l’arabe, devient la langue des sciences enseignées dans plusieurs universités conduisant l’obtention de diplômes dans des domaines variés : la chimie, les mathématiques, le calcul, la médecine, l’astronomie, la géographie, l’ingénierie, l’art et la littérature. Certains chercheurs, reconnaissent le fait que la civilisation occidentale d’antan était dépendante de la civilisation islamique. Sans celle-ci, la civilisation occidentale aurait eu besoin d’au moins 500 ans pour accomplir ce qu’elle a déjà accompli.

Les grandes figures scientifiques de l’islam

Geber Père de la chimie 721-815 CE

Jaber Ibn Hayyan est un esprit universel : chimiste, astronome, astrologue, ingénieur, géologue, philosophe, physicien, pharmacien et médecin. Il est considéré, par beaucoup de scientifiques, comme le père de la chimie. Il est le premier à découvrir plusieurs acides tels que les acides nitriques, hydrochlorique et sulfurique. Il fait la description de beaucoup de procédés chimiques tels que l’évaporation, la sublimation et la distillation. L’historien de la chimie, Erick John Homlyard, attribue à Geber le développement de l’alchimie en une science expérimentale.

Algoritmi Père des algorithmes 780-850 CE

Mohammad Ibn Musa Al-Khwarizmi est l’un des plus grands scientifiques de son époque. Il est mathématicien, astronome et géographe. Il fait connaître au monde entier le système de numération de base 10, employant la notation positionnelle. Il fait faire aux mathématiques un bond, majeur, en développant l’algèbre (dérivé du mot Al-Jabr) et les algorithmes (dérivé de son nom). Son nom est l’origine du mot « guarismo » en espagnol et « algarismo » en portugais, qui signifient « nombre ».

Razès (Rasis) Père des médecins 865-929

Abu Bakr Mohamed Ibn Zakariya Al-Razi. Il est considéré, par beaucoup de scientifiques, comme le père de la médecine. Il est le premier à faire la différence entre la variole et la rougeole, et le premier à découvrir de nombreux composés et substances chimiques tels que l’alcool et le kérosène. Edward Granville Browne le considère comme l’un des tout premiers médecins. Al-Razi écrit plusieurs ouvrages importants qui sont traduits dans différentes langues y compris l’anglais tels que l’encyclopédie médicale « Al-Hawi », La grande pharmacologie, Les calculs rénaux et de la vessie, Le livre des expériences.

Avicenne Père de la médecine moderne 980-1037

Abu Ali Al-Hussein Ibn Sina est l’un des plus grands savants musulmans dans le domaine de la médecine et un des scientifiques musulmans les plus célèbres dans le monde entier. Il est un esprit universel et l’auteur de près de 200 livres sur la science, la religion et la philosophie. Les deux ouvrages les plus importants d’Avicenne sont « Shifa » (Le livre de la guérison) qui est une encyclopédie philosophique fondée sur la tradition d’Aristote. De même, il rédige « Al Qanun fi Tibb » (Le canon de la médecine). Le canon est un livre en 14 volumes qui catégorise et décrit les maladies et présente leurs causes présumées. Il est traduit en différentes langues et était un texte médical standard en Europe, pendant sept siècles (jusqu’au début du 18ème siècle.)

Al Djazari 1136-1206

Abul-Iz Bin Ismael Al-Jazari. Il est connu principalement pour avoir écrit Le livre de la connaissance des procédés mécaniques ingénieux, dans lequel il décrit cinquante mécanismes et fournit des instructions sur la manière de les assembler. Al-Djazari est aussi connu pour avoir inventé la plus grande horloge monumentale à eau, qui est considérée comme le premier calculateur analogique programmable. D’après Donald Routledge Hill, Al-Djazari fait la description d’une horloge bougie des plus sophistiquées. Il invente aussi la clepsydre et le système bielle manivelle qui transforme le mouvement circulaire en un mouvement rectiligne.

Citations et témoignages

Partagez…
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email